20 Minutes : Actualités et infos en direct
FOOTBALLDéfenseur et double buteur, Pavard crève l’écran sur sa terre natale

France-Ecosse : « Il se savait attendu »… Défenseur et double buteur, Pavard crève l’écran sur sa terre natale

FOOTBALLPositionné en défense centrale, son souhait le plus cher, Benjamin Pavard a réalisé un match parfait face à l’Ecosse, mardi soir, ponctué par un doublé historique devant son ancien public lillois
Pavard, au nord, c'était la maison.
Pavard, au nord, c'était la maison.  - Dave Winter//SIPA / SIPA
Aymeric Le Gall

Aymeric Le Gall

L'essentiel

  • L’équipe de France s’est facilement imposée (4-1) contre l’Ecosse, mardi soir, au stade Pierre-Mauroy de Villeneuve-d’Ascq.
  • Double buteur, Benjamin Pavard ne pouvait rêver mieux pour son grand retour à Lille, lui qui a été formé au Losc avant de partir faire les beaux jours du Bayern.
  • Positionné en défense centrale pour la première fois en Bleu, le joueur de l’Inter a marqué des points aux yeux de Deschamps, même si la concurrence s’annonce féroce à ce poste.

A Villeneuve-d’Ascq,

Il y a des soirées dont on rêve étant gamin, bien au chaud sous la couette avec son doudou sous le bras mais, dans la majorité des cas, cela reste de l’ordre du songe. Pour Benjamin Pavard, ce rêve s’est transformé en réalité, mardi soir, à l’occasion de la victoire des Bleus face à l’Ecosse, venant clore une fenêtre internationale parfaitement manœuvrée par la bande à DD après avoir arraché la qualif à l’Euro 2024 face aux Pays-Bas cinq jours plus tôt. En délicatesse sur le côté droit depuis un petit bout de temps maintenant, critiqué de toute part pour son faible rendement en Bleu, traversant la Coupe du monde au Qatar presque comme un fantôme, le garçon aura finalement crevé l’écran, chez lui, au stade Pierre-Mauroy, là où tout a commencé pour lui en 2015, en inscrivant un doublé historique de la tête.

Historique car aucun défenseur n’avait réalisé une telle prouesse depuis Mamadou Sakho, un soir de furia au Stade de France, contre l’Ukraine, en 2014. Le contexte n’était pas le même, bien évidemment, et les mauvaises langues diront que ce n’était là qu’un match amical face à des Ecossais encore tout houblonnés après leur qualification pour le prochain Euro en Allemagne. Il n’empêche, cette perf XXL intervient tout de même à un moment crucial dans sa carrière en Bleu. Celui où Deschamps, dans son infinie bonté, a fini par lui accorder ce qu’il réclamait depuis tant d’années maintenant, à savoir occuper le poste qui est le sien en club, en charnière centrale.

Giroud adoube Pavard le buteur

On aurait aimé voir la couleur de ses bouclettes en zone mixte mais l’homme du match est resté aux vestiaires. On se rabat alors sur Aurélien Tchouaméni, qui nous raconte que son coéquipier « se savait attendu, il avait à cœur de faire une bonne prestation, c’est ce qu’il a fait, on est content pour lui ». Si son premier but pour égaliser à 1-1 reste un classique parmi les classiques (tête croisée au premier poteau sur corner), le deuxième en revanche fut salué par un spécialiste du genre, son grand pote Olivier Giroud. « Il plonge bien au premier poteau sur un bon centre de Kylian, il est là, à l’affût, au bon endroit, au bon moment. C’est un vrai but d’attaquant », valide le Milanais.

Pavard aurait même pu entrer une deuxième fois dans l’histoire – après son but contre l’Argentine en 2018 – en devenant le premier défenseur central de l’équipe de France à inscrire un triplé, mais il lui aura manqué quelques centimètres pour pousser au fond le bon centre de Mbappé (38e). Le nordiste se consolera en se disant qu’il est le premier joueur à avoir inscrit un doublé de la tête en équipe de France depuis un certain Zinédine Zidane en finale de la Coupe du monde en 1998. « J’aurais bien aimé qu’il mette le triplé mais on ne peut pas tout avoir dans la vie », philosophait de son côté Ibrahima Konaté, son compère du soir en défense centrale.

Deschamps a apprécié

Si Deschamps a salué son double buteur du soir, ce n’est pas là qu’il l’attendait en priorité. Le boss voulait surtout évaluer la capacité de son joueur dans les phases défensives et, s’il n’a pas eu 12.000 occasions de briller de ce point de vue là, la faute à des Ecossais trop peu entreprenants, il s’est montré tranchant dans les duels et décisif une fois ou deux dans son anticipation des trajectoires de balle pour couper les projections adverses. « Je retiens ces deux buts, mais aussi son attitude en tant que défenseur central, a tenu à souligner le sélectionneur en conférence de presse. Il a été efficace dans un rôle qui lui convient mieux. Je lui ai dit en début de stage, à partir du moment où il est en difficulté et pas en confiance à droite, il allait avoir un rôle sur ce rassemblement. »

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Ce match sera-t-il suffisant à faire de lui un candidat crédible au poste de défenseur central titulaire dans les prochains matchs qui compteront pour les Bleus ? On a du mal à le croire. Parce qu’Upamecano et Konaté ont une vraie longueur d’avance sur lui, eu égard à leurs très bonnes prestations au Qatar l’hiver dernier, et on imagine mal DD se priver de son chien de chasse Lucas Hernandez à gauche de cette charnière.

C’est d’ailleurs ce qu’il a rappelé mardi soir dans les entrailles du stade Pierre-Mauroy : « Il le sait aussi, dans l’axe, il y a du monde… Il y a une grosse concurrence. » En attendant de voir quelle est sa marge de manœuvre en bleu à ce poste-là, l’essentiel était déjà de bien figurer pour sa grande première derrière. Ce qu’il a fait avec brio devant un public tout acquis à sa cause et qui n’a pas hésité à reprendre le refrain de 2018. De quoi lui redonner le sourire et la certitude, après des mois de doutes, qu’il a bel et bien sa place dans ce groupe France à quelques mois d’une nouvelle aventure en terre allemande. C’était aussi le sens du message de Mbappé, qui lui a donné le brassard de capitaine à sa sortie du terrain, histoire de conclure en beauté une soirée qu’il n’est pas près d’oublier.


Sujets liés