Euro 2021 : Séville comme ville-hôte en Espagne à la place de Bilbao ?

FOOTBALL Bilbao pourrait être écarté par l’UEFA lundi, mais la fédération espagnole n’a pas dit son dernier mot pour pouvoir quand même accueillir l’Euro

N.C. avec AFP

— 

Le stade de La Cartuja, à Séville, pourrait finalement accueillir des matchs de l'Euro 2021.
Le stade de La Cartuja, à Séville, pourrait finalement accueillir des matchs de l'Euro 2021. — Julio Muñoz/EFE/SIPA

Le président de la fédération espagnole de football (RFEF), Luis Rubiales, a affirmé vendredi qu’il fera tout pour que Séville soit ville-hôte de l'Euro (11 juin – 11 juillet), si Bilbao est finalement écarté par l'UEFA lundi. « Ce qui est clair pour nous comme sélection, et je dirais même comme pays, c’est que garder une ville-hôte (en Espagne) est fondamental », a annoncé Rubiales dans un événement organisé à Séville à la veille de la finale de la Coupe du Roi entre le FC Barcelone et l’Athletic Bilbao.

« C’est vrai qu’il y a une série de difficultés à Bilbao, et c’est avant tout l’UEFA qui va décider », a rappelé le président de la fédération espagnole, en référence aux conditions drastiques imposées par le gouvernement régional basque pour accueillir du public dans le stade de San Mamés durant les matchs de l’Euro.

« Tout ce qui est humainement possible » pour conserver des matchs en Espagne

Tout en montrant son respect pour le travail effectué par les organisateurs à Bilbao, Rubiales a pointé que « les difficultés sont nombreuses, l’UEFA l’a déjà souligné et si cela arrive (que Bilbao soit écarté), ce serait terrible que cela aille à un autre pays ». « Je ferai tout ce qui est humainement possible pour que, lors de la réunion du comité exécutif (de l’UEFA) lundi prochain, ce qui sera décidé ne porte pas atteinte à l’Espagne, et puis La Cartuja est un lieu magnifique », a souligné Rubiales, en référence au stade olympique de Séville.

Le président de la RFEF, également vice-président de l’UEFA, a insisté sur le fait que « cela ne dépend pas de nous », et a avancé qu’il ne votera pas si un scrutin est organisé à ce sujet. « Je fais ce qui est humainement possible pour que l'Espagne ne perde pas les trois matchs de phase de groupes et le 8e de finale » qui sont destinés à être joués à Bilbao, non seulement pour des raisons économiques, mais aussi pour « ce que suppose d’un point de vue affectif pour notre sélection de pouvoir jouer devant notre public », a conclu Rubiales.