Euro 2021: Munich, Rome, Bilbao et Dublin pourraient perdre leurs matchs

FOOTBALL Ces quatre villes ont jusqu'au 19 avril pour présenter un plan leur permettant d'accueillir du public, condition imposée par l'UEFA pour rester dans la compétition 

N.C. avec AFP

— 

La mascotte de l'Euro à Munich, le 3 mars 2020.
La mascotte de l'Euro à Munich, le 3 mars 2020. — Christof STACHE / AFP

Huit villes-hôtes de l'Euro de football (11 juin-11 juillet) se sont d’ores et déjà engagées à accueillir des spectateurs, a annoncé l’UEFA ce vendredi. Ce qui laisse en suspens le sort de Munich, Rome, Bilbao et Dublin. Ces quatre villes « ont jusqu’au 19 avril pour fournir des informations supplémentaires sur leurs plans, et une décision finale sera prise à cette date » concernant l’éventuelle délocalisation des rencontres qui y étaient prévues, explique l’instance.

En clair, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et l’Irlande risquent de perdre leur statut de pays-hôtes, l'UEFA exigeant depuis mi-mars que chaque rencontre de son tournoi reçoive du public. Budapest, très avancée dans sa campagne de vaccination, vise des tribunes combles, « pour peu que les spectateurs satisfassent les strictes conditions d’entrée dans le stade », précise l’UEFA.

Une jauge à 50 % à Saint-Pétersbourg et Bakou

Vendredi, le premier ministre hongrois Viktor Orban promettait que tous les citoyens qui le demandent auraient été vaccinés d’ici l’entame du tournoi « et pourraient participer à l’événement avec leur carte de vaccination ». Saint-Pétersbourg et Bakou ont de leur côté promis une jauge à 50 %, tandis qu’Amsterdam, Bucarest, Copenhague et Glasgow se sont engagés sur 25-33 % de spectateurs et Londres sur « au minimum 25 % » pour les trois matchs de poule, en espérant une « capacité supérieure » pour les demi-finales et la finale.

L’UEFA a accordé aux supporteurs jusqu’au 22 avril pour se faire rembourser leurs billets, promettant « des arrangements spéciaux » en cas de délocalisation ou de rencontre finalement programmée à huis clos.