Bordeaux-OM : Les Marseillais arrachent un point à neuf mais le record tient toujours pour les Girondins

FOOTBALL Malgré une demi-heure en double infériorité numérique, les Marseillais ont réussi à sauver le nul (0-0)

Clément Carpentier

— 

Les Bordelais n'ont jamais trouvé la faille.
Les Bordelais n'ont jamais trouvé la faille. — Romain Perrocheau / AFP

Un match nul qui n’arrange vraiment personne. Voilà à quoi on peut résumer la pauvre rencontre entre Bordeaux et Marseille (0-0) ce dimanche, au Matmut Atlantique. Les deux équipes restent à distance des places européennes.

Le record tient

Finalement, c’est la seule chose à retenir de cette vilaine soirée : l’invincibilité des Girondins de Bordeaux à domicile face à l’OM continue de tenir. Quarante-trois ans que cela dure. Une série historique en Ligue 1. Pour le reste, on ne pourra pas dire que ce match fut la meilleure publicité possible pour la L1. Bordelais et Marseillais ont montré pendant une très large partie du match pourquoi ils végétaient dans le ventre mou du championnat après 25 journées. Manque d’intensité, niveau technique faible… Difficile d’espérer mieux avec de telles carences.

Des Girondins imprécis

Vous pouvez tout tenter si vous n’y mettez pas la précision, ça ne sert à rien. Les joueurs de Jean-Louis Gasset en ont fait la parfaite démonstration ce dimanche. Ui-jo Hwang en est le meilleur exemple. Le Sud-Coréen a tout d’abord manqué un face-à-face puis a trouvé le poteau à bout portant pour Bordeaux. Ben Arfa,​ une nouvelle fois très moyen, a arrosé le Virage Sud sans jamais trouver le cadre. Même à neuf contre 11, les Girondins n’ont jamais réussi à mettre en difficulté Mandanda.

L’OM s’arrache à 9

Comme si les Marseillais avaient besoin de ça, déjà décimé avec la suspension de Payet et les blessures de Milik, Alvara ou Caleta-Car, ils ont perdu deux nouveaux joueurs à Bordeaux : Balerdi et Benedetto, tous les deux expulsés. Le premier pour une faute en tant que dernier défenseur et le second, quatre minutes plus tard, pour un vilain tacle par-derrière. Malgré cette dernière demi-heure en double infériorité numérique, la maison phocéenne a tenu grâce à une abnégation de tous les instants. L’OM aurait même pu réaliser le hold-up en jouant mieux certains contres.