ASSE-Losc : Galtier peste contre la gestion du VAR après « une erreur d’arbitrage manifeste » sur le penalty des Verts

FOOTBALL Le penalty arraché par Wahbi Khazri, pourtant placé dans le dos du défenseur lillois Domagoj Bradaric, a été un tournant du match nul (1-1) dimanche

Jérémy Laugier

— 

Ligue 1: Le débrief d'ASSE-Losc — 20 Minutes
  • L’ASSE et le Losc ont chacun dominé une mi-temps, dimanche lors du dernier match (1-1) de la 12e journée de Ligue 1.
  • Dans l’après-match, Christophe Galtier a rapidement pointé le penalty stéphanois obtenu par Wahbi Khazri (1-0, 33e), qu'il perçoit comme un moment-clé de la rencontre.
  • Selon l’entraîneur lillois, il s’agit d’une « erreur d’arbitrage manifeste », tandis que son défenseur Sven Botman estime que la faute est même de Wahbi Khazri et non de Domagoj Bradaric.

Au stade Geoffroy-Guichard,

On a vite senti que Christophe Galtier prenait sur lui, en conférence de presse, pour ne pas évoquer illico LA séquence qui a tant fait causer dimanche lors de ce match ASSE-Losc (1-1). Bon, le coach lillois n’a tenu qu'1'15'' avant de craquer, après avoir soupiré pendant cinq secondes. « On va dire qu’il fallait rester calme et prendre ça avec beaucoup de philosophie, glisse-t-il. Je considère que c’est une erreur d’arbitrage manifeste. »

Voici la séquence en question, qui a tellement agacé l’ancien entraîneur stéphanois à la 32e minute de jeu : Domagoj Bradaric tente de prolonger une ouverture mal dosée de Denis Bouanga. Wahbi Khazri flaire le gros coup en suivant de près le latéral croate dans son dos. Coupable d’une tête trop molle pour Mike Maignan, Bradaric gêne un peu avec ses jambes et un bras l’international tunisien, qui n’aurait certainement pas pu devancer Maignan. Mais Benoît Bastien n’hésite pas : penalty pour une obstruction volontaire selon lui et ouverture du score dans la foulée de Wahbi Khazri himself.

« Je ne sais pas s’ils ont le droit de déjuger l’arbitre »

Deux points de perdus plus tard dans la course à la tête du classement en Ligue 1, Christophe Galtier développe son coup de gueule : « C’est un fait de match important. Je comprends que l’arbitre puisse se tromper. Mais aujourd’hui il y a un tel outil, le VAR, avec des arbitres professionnels devant des écrans. Je ne sais pas s’ils ont le droit de déjuger l’arbitre ».

On comprend aisément sa frustration tant ce type de penalty est rarissime en Ligue 1. Le défenseur nordiste Sven Botman ne prend pas plus de pincettes pour évoquer ce coup du sort, dans une première période par ailleurs indigente du Losc (un seul tir, non cadré et aucun centre tenté). « Selon moi, c’est étrange qu’il y ait un penalty là-dessus. La faute est du joueur stéphanois », estime le jeune colosse formé à l’Ajax.

« S’il n’y a pas penalty, la sanction doit être autre qu’un carton jaune »

Tant qu’à faire, Christophe Galtier s’est à peine moins agacé sur une autre action litigieuse, après le repos, lorsque Mathieu Debuchy a stoppé par un acte d’antijeu Luiz Araujo, à l’extrême limite de la surface de réparation : « On ne peut pas me dire que le joueur [Luiz Araujo] ne va pas en direction du but. S’il n’y a pas penalty, la sanction doit être autre qu’un carton jaune. »

Que le capitaine de l’ASSE n’ait pas été expulsé dimanche est un petit miracle. Tout comme de voir l’implacable machine lilloise s’enrayer face à une équipe à la dérive (7 défaites de rang avant ce nul).