Ligue 1 : Saint-Etienne sanctionne une nouvelle fois Stéphane Ruffier

CONFLIT Le club a mis à pied son gardien pour avoir quitté prématurément une séance individuelle d’entraînement

20 Minutes avec AFP

— 

Stéphane Ruffier, lors d'un match avec Saint-Etienne le 28 juillet 2019.
Stéphane Ruffier, lors d'un match avec Saint-Etienne le 28 juillet 2019. — Greig Cowie/BPI/REX

Le torchon continue de brûler entre Stéphane Ruffier et son club. Le gardien de Saint-Etienne a été de nouveau mis à pied, a-t-on appris mardi auprès de l’ASSE confirmant une information du site Internet de l’Equipe. Le joueur de 34 ans a été sanctionné pour avoir quitté prématurément une séance d’entraînement individuelle. Il est convoqué le 2 décembre pour un entretien préalable à une éventuelle sanction.

« Acte d’insubordination »

Fin juillet, Stéphane Ruffier avait déjà été mis à pied six jours pour « acte d’insubordination », un retard à l’entraînement qu’il avait contesté. Le portier stéphanois, écarté du groupe professionnel depuis lors, avait fait appel auprès de la commission juridique de la Ligue de football professionnel qui avait notamment enjoint le club de le réintégrer. Le 26 octobre, l’AS Saint-Étienne avait annoncé faire appel de cette décision tout en affirmant que le gardien de but avait été débouté de ses demandes concernant la contestation des sanctions disciplinaires infligées à son encontre.

Cette saison, Claude Puel a annoncé que le joueur ne serait pas intégré dans le trio de gardiens de l’effectif professionnel, composé de Jessy Moulin, Stefan Bagic et Étienne Green, un choix qu’il a réaffirmé le 16 octobre. Stéphane Ruffier, qui bénéficie de l’un des plus gros salaires de l’effectif professionnel (2,8 millions d’euros annuels environ) est en litige avec l’ASSE depuis le 23 février dernier après la décision du manager général Claude Puel de le mettre au repos pour le match de Ligue 1 contre Reims (1-1).

Fin de contrat le 30 juin

Cet été, Puel avait affirmé que Stéphane Ruffier lui aurait fait part de son refus d’être la doublure de Moulin, nommé gardien N.1, ce que l’intéressé a démenti, soutenant, par un communiqué de son avocate, qu’on ne lui avait jamais proposé le rôle de N.2. Ruffier est en fin de contrat au 30 juin prochain.