ASSE : « Il a toujours été beau à voir jouer »… Pourquoi Adil Aouchiche pourrait se révéler avec les Verts

FOOTBALL Saint-Etienne a officialisé lundi la signature d'Adil Aouchiche (18 ans), qui n'a pas souhaité signer son premier contrat professionnel avec le PSG, son club formateur

Jérémy Laugier

— 

Adil Aouchiche s'est notamment illustré avec le PSG en janvier dernier, en devenant le deuxième plus jeune buteur de l'histoire du club , en Coupe de France face à Linas-Montlhery.
Adil Aouchiche s'est notamment illustré avec le PSG en janvier dernier, en devenant le deuxième plus jeune buteur de l'histoire du club , en Coupe de France face à Linas-Montlhery. — J.E.E/SIPA
  • Claude Puel tient son possible premier gros coup sur un mercato estival, en tant que manager de l’ASSE, avec la signature lundi d’Adil Aouchiche.
  • Espoir du PSG, lancé en Ligue 1 à 17 ans, ce prometteur milieu offensif a préféré signer son premier contrat professionnel (de trois ans) avec les Verts.
  • Que ce soit au Tremblay FC, où il a évolué de 2012 à 2014, ou en équipe de France U17, Adil Aouchiche a toujours fait forte impression.

« Chacun a sa chance, peut-être l’aurai-je aussi. Au PSG, tout est possible et j’ai envie de tout gagner ici. » Les choses ont bien changé pour Adil Aouchiche depuis ces déclarations au Parisien, en janvier dernier. Après avoir vécu à 17 ans trois titularisations avec le groupe professionnel, et un premier but contre Linas-Montlhery en Coupe de France (0-6), le jeune milieu offensif vient de quitter son club formateur pour signer lundi son premier contrat pro (de trois ans) à l’ASSE. La nouvelle étape d’une prometteuse carrière pour un joueur majeur (au sens propre) depuis six jours, déterminé à voir son temps de jeu décoller pour de bon aux côtés de Claude Puel.

Responsable du secteur jeunes du Tremblay FC, deuxième club d’Adil Aouchiche en région parisienne (de 2012 à 2014), Salim Bouadla se souvient d’un joueur surclassé en U12 puis en U13 régionaux et « chaque saison au-dessus du lot ». « Il a toujours été beau à voir jouer. On avait une superbe génération 2002 à Tremblay mais il est celui qui a avancé le plus vite. Je ne suis pas surpris par son parcours car il avait déjà la technique, la vision du jeu et les prises de balle. » Les prises de balle sont d’ailleurs l’atout numéro un mis en avant par ceux qui ont côtoyé le grand espoir parisien.

« Un leader épatant » avec l’équipe de France U17

« Sa qualité de première touche a toujours été là pour faire des différences, confirme ainsi Jean-Claude Giuntini, son sélectionneur dans les équipes de France U17 et U18. Avec notamment un gros travail sur la vidéo et une belle ouverture d’esprit, il a acquis des alternatives dans le jeu pour être un peu moins centré sur lui-même. Mais il n’a pas eu à forcer sa nature. Il suffit de voir son volume de jeu, l’intelligence de ses courses et son goût pour la participation aux tâches défensives. »

Le sélectionneur de l'équipe de France U17 Jean-Claude Giuntini félicite ici Adil Aouchiche, après son brillant quadruplé contre les Tchèques lors de l'Euro U17 l'an passé.
Le sélectionneur de l'équipe de France U17 Jean-Claude Giuntini félicite ici Adil Aouchiche, après son brillant quadruplé contre les Tchèques lors de l'Euro U17 l'an passé. - Philip Oldham/BPI/REX/SIPA

Pas le profil d’un talent brut irrémédiablement soliste dans l’âme donc. Avec les Bleuets de Jean-Claude Giuntini, Adil Aouchiche a d’ailleurs changé de dimension l’an passé en atteignant coup sur coup le dernier carré du championnat d’Europe puis du Mondial U17. « C’était un leader épatant sur ces compétitions », indique son sélectionneur. Meilleur buteur de l’Euro 2019 en Irlande, avec neuf réalisations en cinq rencontres, dont un quadruplé en quart face à la République Tchèque (6-1), il a confirmé son éclosion lors du Mondial brésilien en devenant cette fois… le meilleur passeur du tournoi avec sept offrandes.

L’ASSE, « un choix mûrement réfléchi »

« Il a toujours su quand donner sa balle, et ne pas se mettre à dribbler trois joueurs quand le jeu ne réclamait pas ça », assure Salim Bouadla, qui évoque « des tests à Bordeaux et surtout à l’OL » pour l’ancien meneur de jeu du Tremblay FC, avant qu’il ne privilégie à 12 ans le PSG, lui le natif du Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis). Pourquoi n’a-t-il donc pas privilégié un contrat professionnel avec son club de coeur ? « Adil est très bien entouré, c’est un bon petit qui sait ce qu’il veut, qui ne court pas après l’argent au moment de faire un choix, confie Salim Bouadla, toujours en lien avec sa famille. Là, il cherchait des garanties de temps jeu supérieures à ce qu’il pouvait avoir à Paris. »

L’intéressé aura effectivement plus d’opportunités d’évoluer en Ligue 1 en étant en concurrence avec Ryad Boudebouz et Romain Hamouma, et non plus avec Neymar et Angel Di Maria. « Venant d’un garçon très intelligent et avec la tête sur les épaules, c’est un choix mûrement réfléchi », conclut Jean-Claude Giuntini. A voir le regard plein de tendresse à son égard de son nouvel entraîneur Claude Puel, sur sa vidéo de présentation lundi, on a tendance à le croire.