OL-OM : Faut-il redouter de nouveaux débordements en tribunes, malgré l’interdiction de supporters marseillais ?

FOOTBALL Le club lyonnais reconnaît « une vigilance accrue » avant le quart de finale de Coupe de France ce mercredi (21h05)

Jérémy Laugier

— 

En septembre 2018, les membres du virage nord du Parc OL étaient très remontés contre les supporters marseillais présents dans les tribunes latérales malgré un arrêté préfectoral.
En septembre 2018, les membres du virage nord du Parc OL étaient très remontés contre les supporters marseillais présents dans les tribunes latérales malgré un arrêté préfectoral. — Jérémy Laugier/20 Minutes
  • L’OL accueille son rival marseillais, ce mercredi (21h05), en quart de finale de Coupe de France.
  • Le parcage visiteur sera vide pour cette affiche, en raison d’un arrêté préfectoral pris jeudi dernier pour interdire la présence de supporters marseillais au stade.
  • Cette configuration n’avait pas réussi à l’OL, en septembre 2018, avec des incidents ayant éclaté dans les tribunes de l’enceinte décinoise en plein Lyon-Marseille (4-2).

Ça fait 17 mois que le public du Parc OL attend cet Olympico qui lui réussit traditionnellement si bien. Si ce quart de finale de Coupe de France, ce mercredi (21h05), promet d’être électrique sur le terrain au vu de la rivalité entre Lyonnais et Marseillais, l’absence de parcage visiteur devrait logiquement être synonyme de rencontre tranquille dans les tribunes.

Impossible pourtant d’ignorer les improbables débordements ayant éclaté lors d'OL-OM en septembre 2018 (4-2). Malgré un arrêté préfectoral interdisant leur venue à Décines (Rhône), des dizaines (voire centaines) de supporters marseillais s’étaient manifestés en fêtant sans retenue, et parfois avec des gestes de provocation, un but de Florian Thauvin (39e).

« Les deux clubs étaient en train de convaincre la préfecture » avant ASSE-OM

Des mouvements de foule dans les deux virages lyonnais s’en étaient suivis, de nombreux ultras locaux cherchant à chasser « les intrus », finalement exfiltrés par les stadiers et les forces de l’ordre. Un précédent marquant que l’OL a bien en tête depuis jeudi et la décision de la préfecture du Rhône d’interdire à nouveau les supporters marseillais au Parc OL.

« C’est dommage car j’ai le sentiment que les deux clubs étaient en train de convaincre la préfecture de permettre la présence d’un parcage visiteur, révèle Xavier Pierrot, stadium manager de l’OL. Si tout s’était bien passé sur ASSE-OM, il y aurait eu plusieurs centaines de supporters marseillais autorisés. Mais vu les graves incidents de la semaine passée à Saint-Etienne, la décision de la préfecture peut malheureusement se comprendre. »

Près de 40.000 spectateurs attendus au Parc OL

Afin d’éviter de reproduire le scénario de septembre 2018, l’OL a cette fois repensé sa billetterie en veillant à ne pas permettre à n’importe qui de pouvoir acheter une place pour ce match partout dans le stade. « On a donc réservé à nos abonnés les places dans les deux virages, indique Xavier Pierrot. Les niveaux bas et intermédiaires ont été bloqués pour les abonnés et les membres ayant la carte MyOL, avec des tarifs très avantageux de 10 à 40 euros. Seule la volée haute du stade a été ouverte à tous. »

Le club lyonnais, qui attend entre 36.000 et 40.000 spectateurs ce mercredi, rappelle donc que « tout spectateur se revendiquant supporter de l’OM peut être interpellé » en raison de l’arrêté préfectoral. Près de 250 forces de l’ordre et entre 800 et 900 stadiers seront au stade pour ce « match classé à risques » nécessitant « une vigilance accrue ».