OM : Est-il normal que Dario Benedetto marque si peu de buts ? (Trois en quatre mois, ça fait pas lourd...)

FOOTBALL L’attaquant marseillais Dario Benedetto « n’est pas un vrai buteur » selon André Villas-Boas. Le coach de l’OM le voit comme un « joueur d’association » et ne s’alarme donc pas face à ses stats en berne

Jean Saint-Marc

— 

Dario Benedetto ne marque que très peu de buts depuis quatre mois
Dario Benedetto ne marque que très peu de buts depuis quatre mois — P. Pavani / AFP
  • Dario Benedetto n’a marqué que trois buts en quatre mois. Avec sept réalisations depuis son arrivée à l’OM, il est à la moitié de l’objectif fixé par son coach, André Villas-Boas.
  • Selon le Portugais, Dario Benedetto « n’est pas un vrai buteur. »
  • « Il ne rechigne pas aux tâches défensives et participe au jeu collectif », confirme Mamadou Niang, qui considère que l’Argentin est un « vrai plus pour l’OM. »

Trois buts en quatre mois. « Pipa » nous fait le coup de la panne. Après des débuts flamboyants (quatre buts en cinq matchs), Dario Benedetto ne marque presque plus. Faut-il s’en inquiéter ? Pas du tout, nous répondent en chœur André Villas-Boas, Marc Libbra, Mamadou Niang et deux supporters de l'OM​, avant la réception d’Angers, samedi (17h30).

« Dario reste un joueur différent, il n’est pas un vrai buteur, lance son coach, André Villas-Boas. Je suis très satisfait de ses performances, on reste dans cet objectif de 15 buts. » Avec sept réalisations à la mi-saison, les temps de passage de « SuperDario » sont corrects. « C’est un joueur qu’on a fait venir à Marseille pour son jeu d’association, il le fait à la perfection », conclut « AVB. »

« Il fait un gros travail pour épuiser les défenses »

« Benedetto ne refuse pas le jeu, embraye Mamadou Niang, joint par 20 Minutes. Il ne rechigne pas face aux tâches défensives et participe au jeu collectif, c’est un plus pour l’OM ! » Même s’il lui arrive de passer à côté de ses matchs, comme à Rennes, par exemple, Benedetto parvient souvent à s’illustrer même sans marquer. Contre Granville par exemple, son appel dans la profondeur aimante deux défenseurs et ouvre le but à Radonjic, auteur du but du break.

« Il fait un gros travail pour épuiser les défenses, des appels pour ouvrir les espaces, il ne lâche jamais les défenseurs ! C’est un garçon qui n’est pas avare en efforts… Bref, c’est une super recrue », s’enthousiasme Marc Libbra. « Il a peut-être un coup de mou lié aux températures hivernales, les défenseurs le surveillent plus après son bon début de saison et la trêve lui a peut-être coupé les jambes », esquisse l’ancien attaquant olympien, pas inquiet pour deux sous : « Tous les attaquants ont des passages à vide au niveau des statistiques ! »

« Il manque de soutien »

Bien souvent, ces périodes de disette suffisent à déclencher la colère des supporters marseillais. Mais pour l’instant, Benedetto garde les faveurs du Vélodrome. « Il est moins bien physiquement mais il reste indispensable à l’équipe par ses déplacements, ses remises, son pressing, son jeu de tête offensif et défensif », note Ludovic, qui rappelle que Benedetto « ne vendange pas beaucoup. » Il se procure juste moins d’occasions directes, alors que les milieux brillent, notamment Payet, Sanson et Rongier. « Il manque de soutien autour de lui… On peut penser que ça se passera mieux pour lui avec le retour de Thauvin, qu’il aura plus de ballons à négocier », espère Julien, abonné en Ganay.

La réciproque sera sans doute vraie aussi : l’ancien joueur de Boca Juniors a prouvé qu’il était un vrai joueur collectif. « Je suis habitué à vivre avec la pression de l’attaquant, nous disait-il en septembre. Mais le plus important, c’est l’équipe, pas les individus. » C’est beau comme une feinte de corps face à Gautier Larsonneur, et c’est surtout vrai : l’OM n’a pas perdu un match depuis le 30 octobre​, alors pourquoi s’inquiéter ?