OM : « Attachant mais aussi fatigant », Nemanja Radonjic a-t-il été trop critiqué à Marseille ?

FOOTBALL A Angers, ce mardi, l'OM peut enchaîner une cinquième victoire consécutive. Une première en cinq ans. De quoi susciter une improbable euphorie autour du héros du moment, Nemanja Radonjic

Jean Saint-Marc

— 

Nemanja Radonjic est-il le nouveau Mario Balotelli ? (non)
Nemanja Radonjic est-il le nouveau Mario Balotelli ? (non) — Photo : P. Pavani / AFP. Subtile touche de Paint : J.S.-M.
  • L’intermittent du spectacle Nemanja Radonjic suscite un certain emballement à Marseille, auteur de deux buts en deux matchs.
  • Il surfe sur la bonne période de l’OM, 2e de Ligue 1 avant son déplacement à Angers, ce mardi.
  • Mais de nombreux supporters et observateurs restent sceptiques sur ses qualités intrinsèques.

« Si j’étais le département marketing de l’OM, je sortirais un santon "Lou Ravi" à l’effigie de Nemanja Radonjic. Succès garanti dans les crèches. » Romain, alias Camelus Blaah, n’a pas été débauché par Jacques-Henri Eyraud, mais il tient, peut-être, un filon commercial. Dans son compte rendu d’OM-Brest, sur horsjeu.net, ce supporter à la plume malicieuse a qualifié « d’exploit du génie serbe » le but décisif de Radonjic. Des mots assumés a posteriori : « Le propre des génies, c’est d’être imprévisible, non ? Après avoir tellement eu envie de lui mettre des claques, on est content pour lui : il est visiblement fondu de la tête, ce qui le rend attachant. »

Et ce qui permet à Romain d’oser la comparaison avec « Lou Ravi », l’idiot du village, le fada. Car Marseille est, depuis deux matchs, dingue de « Nema ». Le grand prix de l’enflammade va à Florian Thauvin, qui a qualifié l’ailier de « Cristiano serbe ». Radonjic vient de marquer deux buts en 42 minutes, après 32 matchs de disette. Une période pendant laquelle il a essuyé de nombreuses critiques et moqueries (l’auteur de ces lignes les avoue d’ailleurs sans honte.)

Le plus gros coup de clim' journalistique depuis la fausse arrestation de Xavier Dupont de Ligonnès ?
Le plus gros coup de clim' journalistique depuis la fausse arrestation de Xavier Dupont de Ligonnès ? - Capture d'écran

« Si on force autant, c'est parce qu'au fond, personne n'est dupe, reprend Romain. On est heureux de lui passer la brosse à reluire quand il nous sort le cul des ronces, mais il est possible que cela s'arrête. » Duje Caleta-Car, un des meilleurs amis de Nemanja Radonjic dans le groupe olympien, est persuadé du contraire : « Il a vraiment été trop critiqué alors qu’il n’avait pas l’opportunité de montrer ce qu’il valait, puisqu’il n’y avait aucune régularité au niveau des matchs auxquels il participait. »

En « confiance absolue » selon AVB

Manque de bol, Radonjic sera encore cantonné à un rôle de joker, ce mardi (19 heures), à Angers : « Il se trouve dans un moment de confiance absolue, salue André Villas-Boas. Mais je ne veux pas faire trop de changements : on vient de faire un match parfait, je dois soutenir l’équipe qui a joué contre Brest. » Petite déception pour Laslo*, membre des South Winners, qui estime qu’il « va falloir laisser à Radonjic sa chance sur un match entier. » Et pourtant, en parcage à Toulouse, « deux minutes avant son but, j’étais en train de l’insulter », avoue le jeune homme.

Une réaction parfaitement saine, selon Dejan Stankovic, journaliste pour le média serbe Mozzartsport :

Les médias ici ne le critiquent pas trop, il reste le joueur serbe le plus rapide. Mais les fans sont divisés : certains pensent que c’est le joueur le plus moderne de la sélection, d’autres sont excédés par ses mauvais choix. Beaucoup d’observateurs pensaient qu’il ne réussirait pas dans le football car, quand il était adolescent, il ne travaillait pas beaucoup. »

Ce lundi, à la Commanderie, Nemanja Radonjic n’était en effet pas le plus zélé dans l’exercice type « jeu de l’épervier » proposé par José Mario Rocha. « On l’a déjà vu venir à moitié endormi à l’entraînement, avance Bastien Cordoléani, supporter de l’OM et scout. Je pense que c’est un garçon attachant mais qui peut aussi être fatigant, surtout pour un coach. » Pour les supporters aussi, mais ils sont de plus en plus nombreux à le défendre : « Il reste très brouillon, mais techniquement, dans la conduite de balle, ça se voit qu’il a un truc en plus, s’enthousiasme Robin. Il peut continuer à enchaîner et faire fermer des bouches ! » Radonjic a réussi à condamner Benedetto et Sakai à quelques pompes, ce lundi, en remportant un « toro ». Malheureusement pour lui, ce n’est pas encore comptabilisé par les statisticiens.

* C’est un pseudonyme.