OM : Radonjic ? « Niqué » selon Amavi, « Cristiano Serbe » selon Thauvin… Et toujours mystérieux

FOOTBALL Le Serbe a sauvé l’OM d’un braquage brestois, ce vendredi, au Vélodrome (2-1). Nemanja Radonjic, mystère marseillais, inscrit son deuxième but en deux rencontres, après 26 matchs de disette

Au stade Vélodrome, Jean Saint-Marc

— 

Nemanja Radonjic a marqué un but époustouflant (y compris pour lui-même, visiblement), le 29 novembre 2019 face à Brest.
Nemanja Radonjic a marqué un but époustouflant (y compris pour lui-même, visiblement), le 29 novembre 2019 face à Brest. — Daniel Cole/AP/SIPA
  • Nemanja Radonjic a étonné les fans de l’OM et ses coéquipiers, ce vendredi, en marquant un but magnifique (et décisif) face à Brest (2-1).
  • Le joueur a connu un trou d’air de 26 rencontres sans marquer.
  • « Il est niqué », affirme carrément Jordan Amavi, quand Kevin Strootman se contente d’un plus sobre : « Il est fou. »

« Estás bien ? » Après avoir testé un espagnol chancelant avec Dario Benedetto, nous autres, suiveurs de l’OM, étions prêts à dégainer notre plus bel anglais, voire des rudiments de serbo-croate, face à Nemanja Radonjic. L’expérience aurait été sympathique, et aurait peut-être permis d’éclaircir l’immense flou artistique qui règne autour de ce joueur bordélique, mais sympathique.

Mais Nemanja Radonjic n’est pas venu face aux micros, après avoir parfaitement répondu sur le terrain. Face à Brest​, ce vendredi, l’ailier (23 ans) a débloqué une situation foireuse, moins d’une minute après l’égalisation de Brest, en toute fin d’une rencontre finalement remportée 2-1 par un OM ultra-dominateur.

« But, c’est réglé »

« C’est simple, on fait l’engagement (après le but brestois), on décale, but, c’est réglé », résume Steve Mandanda, agacé, tout de même, par cet OM qui « se fait peur » en concédant l’égalisation (Cardona, 1-1, 89e), alors qu’il menait (Sarr, 1-0, 56e) par la plus petite des marges. Le tout après avoir tiré 34 fois au but (10 tirs cadrés) et touché trois fois les poteaux.

Le capitaine olympien n’éclaircit guère le mystère Radonjic, déjà buteur à Toulouse dimanche dernier, après 26 matchs de disette, un record pour un Marseillais. « On le voit régulièrement faire ce genre d’actions à l’entraînement, note Mandanda. Il a des qualités : une vitesse et une technique incroyable, mais il faut être plus constant. Je ne sais pas si c’est un déclic pour lui, mais on sent un mec en confiance. »

Un impact player, encore remplaçant ce soir, mais qui, à chaque entrée, tente, tente et tente encore. Sept petites minutes avant son but, il a ainsi rendu fou un Vélodrome déjà fada avec un déboulé idiot, infini et impuissant, soldé par une frappe crétine dans le petit filet de Gautier Larsonneur.

Un « top geste » selon Larsonneur

Le jeune portier Breton, valeureux, auteur de huit arrêts, dont plusieurs parades de grande classe, a dû s’incliner face à une magistrale frappe de Radonjic, donc, à la 89e : un tir enroulé lointain et puissant, qui a fini dans son petit filet. Après avoir été déjà battu par une magnifique feinte de Benedetto, selon lui « digne des plus grands », le gardien a été abandonné par sa défense, déconcentrée sur le coup d’envoi qui a suivi l’égalisation : « Le mec fait un top geste, met un ballon dans la lucarne, rien à dire, soupire Gautier Larsonneur. Mais il y a peut-être un peu de laxisme de notre part. »

Et un peu de génie, aussi, dans les pattes de l’intermittent Serbe : « Il peut jouer mal et marquer des buts, rappelle le très franc Kevin Strootman. Contre Toulouse, il perd cinq ballons, tout le monde était énervé… Mais il marque. S’il marque des buts, il peut perdre des ballons, ça me va ! » Selon le Néerlandais, Nemanja Radonjic est tout simplement « fou », ce que confirme Jordan Amavi, dans des termes plus fleuris :

« C’est un niqué, ce mec, c’est un niqué ! J’ai rien d’autre à dire (rires). C’est du Nema tout craché, ce but. Il prend le ballon, il y va tout seul, il marque un superbe but. »

Le convalescent Florian Thauvin​ va encore plus loin : dans un tweet rigolard, il a qualifié l’ailier de « Cristiano Serbe. » On ne souscrira pas vraiment à la comparaison, mais avouons-le, Radonjic est un puissant symbole de cet OM dauphin de Ligue 1 avec seulement +2 en différence de but et un fond de jeu erratique. Mais qui signe, de temps à autre, des actions magnifiques.