OL-Losc : « Ça fait mal car on méritait de l’emporter », assure Victor Osimhen

FOOTBALL En souffrance à l’extérieur cette saison, les Lillois sont passés tout près d’une belle surprise mardi, lors de la première demi-finale de Coupe de la Ligue au Parc OL

Jérémy Laugier

— 

Ici entre Fernando Marçal et Thiago Mendes, Victor Osimhen n'a pas été en réussite mardi au Parc OL. JEAN-PHILIPPE KSIAZEK
Ici entre Fernando Marçal et Thiago Mendes, Victor Osimhen n'a pas été en réussite mardi au Parc OL. JEAN-PHILIPPE KSIAZEK — AFP
  • En quête d’une finale au Stade de France, le Losc a buté mardi aux tirs au but à Lyon (2-2, 4-3 aux tab).
  • Le contenu de cette première demi-finale de Coupe de la Ligue a rassuré à la fois Christophe Galtier, Victor Osimhen et Renato Sanches, en vue de la deuxième partie de saison en L1.

Au Parc OL,

Le Losc n’est peut-être pas condamné à sombrer toute la saison loin de son stade Pierre-Mauroy. Présentant un bilan désastreux de quatre succès en 16 matchs à l’extérieur (dont un seul en Ligue 1… au Parc OL en décembre), les partenaires de José Fonte ont cette fois montré à Lyon (2-2, 4-3 aux tirs au but) autrement plus de solidité qu’à Toulouse (2-1), Monaco (5-1) et même Raon l’Etape (2-3). Si les échecs durant la séance de tirs au but de Jonathan Bamba et de Renato Sanches privent les Dogues du Stade de France le 4 avril, ceux-ci jugent plutôt encourageante cette élimination en demi-finale de Coupe de la Ligue.

« On a joué les yeux dans les yeux avec une bonne équipe de Lyon, estime Renato Sanches, auteur du premier but lillois dans le Rhône. Je suis évidemment déçu pour mon échec, d’autant que je m’entraîne souvent aux penaltys. Mais cela arrive, c’est à nous d’oublier ce moment car nous ne pouvons pas vivre dans le passé. »

« Il faudra se relever », précise Christophe Galtier

Comme l’international portugais, Christophe Galtier a délivré un message positif après la séance de tirs au but mal négociée par ses joueurs : « Je n’ai rien à reprocher à mes joueurs, c’était un match total face à une équipe encore qualifiée en Ligue des champions. Ils étaient très investis dans la détermination et l’envie, mais aussi dans le plan de jeu élaboré. Le vestiaire est triste, il faudra se relever. »

Renato Sanches, qui a confirmé « être dans un bon moment » de sa jeune carrière en France, devrait l’aider dans cette perspective, tout comme l’incontournable buteur Victor Osimhen. Non décisif face à Ciprian Tatarusanu, l’avant-centre nigérian complète : « Nous nous sommes vraiment battus, je pense que la séance de tirs au but est une histoire de chance. Nous sommes éliminés et ça fait mal. On méritait de l’emporter et d’aller au Stade de France. » Nul doute que l’ancien attaquant de Charleroi rêvait d’inscrire comme première ligne de son palmarès chez les pros la dernière « Coupe Moustache » de l’histoire.