RC Strasbourg : Tombeur de Toulouse (4-2), le Racing a encore fait le spectacle

FOOTBALL Le Racing a collé quatre buts à Toulouse samedi, sans oublier d'en prendre deux. On ne s'ennuie pas avec les Strasbourgeois !

Thibaut Gagnepain

— 

Adrien Thomasson a inscrit face à Toulouse samedi son 5e but de la saison en Ligue 1.
Adrien Thomasson a inscrit face à Toulouse samedi son 5e but de la saison en Ligue 1. — Jean-Francois Badias/AP/SIPA
  • Giflés à Brest mardi (5-0), les Strasbourgeois se sont relancés en Ligue 1. Ils ont battu Toulouse samedi (4-2).
  • Les Alsaciens ont encore marqué beaucoup de buts… et en ont encore encaissés. Cette tendance au spectacle les suit en ce moment.
  • Est-ce que cela plaît à leur entraîneur Thierry Laurey ?

Sur son siège dans la tribune VIP de la Meinau, Guy Roux n’a pas dû trop apprécier. Quatre buts d’un côté, deux de l’autre et un succès 4-2 de Strasbourg contre Toulouse, c’était beaucoup trop pour l’historique entraîneur de l' AJ Auxerre. Lui, l’adepte d’un jeu plutôt fermé et de la fameuse défense « bien en place ».

Désolé pour l’homme au bonnet mais il était mal tombé. Avec le Racing en ce moment, c’est show assuré ! Finis les 1-0 rébarbatifs de début de saison, place à la débauche. Lors de leurs cinq derniers matchs, les Alsaciens ont marqué 13 fois… pour 10 buts encaissés. Difficile de s’ennuyer avec eux. La réception du TFC n’a donc pas dérogé à cette nouvelle tendance.

Des joueurs capables de belles offensives

Pour le plus grand bonheur de Thierry Laurey ? « On ne va pas faire la fine bouche, on a marqué quatre buts », répond l’entraîneur, qui attendait surtout une réaction après la débandade à Brest mardi (5-0). Il a été servi, malgré quelques frayeurs. Comme sur cette ouverture du score adverse dès la troisième minute de jeu, ou ce deuxième but concédé dans l’euphorie du 3-1.

Mais entre-temps, ses joueurs avaient encore montré qu’ils sont capables de très belles choses offensivement. Koné avait vite égalisé (1-1, 7e), Thomasson avait donné l’avantage aux siens (2-1, 27e) et Ajorque fait le break (48e). Avec plus de réalisme, les Strasbourgeois auraient même pu mener bien plus largement à la pause (2-1). En 45 minutes, ils avaient déjà frappé 11 fois au but !

La deuxième période a été moins séduisante et le Racing a aussi étalé son côté sombre. Défensivement, ce n’est plus vraiment ça. Pour sa première, la charnière Simakan-Koné a très souvent été prise à défaut, comme toute l’équipe alsacienne en général. « On a encaissé 9 buts sur nos 3 derniers matchs, il va quand même falloir se pencher sur la question », avoue Thierry Laurey, qui n’a visiblement pas encore trouvé son arrière-garde idéale.

La plupart des bons coups signés Adrien Thomasson

Au niveau de l’animation, c’est réglé. Dans ce 4-4-2 avec un milieu en losange, Adrien Thomasson brille. L’ancien Nantais a inscrit samedi son cinquième but en Ligue 1 cette saison et a surtout initié la plupart des bons coups. Devant lui, Ajorque a aussi marqué et Mothiba distribué une passe décisive. Au milieu, l’équilibre est plus instable, avec notamment un Sissoko qui peine à trouver sa place et un Djiku replacé en sentinelle mais qui manque logiquement de repères.

« On a une équipe joueuse, qui aime se mettre en danger », résume le coach strasbourgeois, un brin taquin. Il n’empêche, avec ses qualités et ses défauts, son groupe compte 21 points après 17 journées de Ligue 1. Le voilà largement dans les temps de passage du maintien. « C’est très correct », conclut Thierry Laurey dans un sourire. Le même que celui des fans du Racing après une nouvelle spectaculaire.