RC Strasbourg : Stefan Mitrovic va-t-il perdre sa place et son brassard ?

FOOTBALL Le défenseur serbe est en grande difficulté depuis le début de la saison

Thibaut Gagnepain

— 

Stefan Mitrovic, ici à la lutte avec Neymar.
Stefan Mitrovic, ici à la lutte avec Neymar. — Francois Mori/AP/SIPA
  • Stefan Mitrovic a été remplacé de manière assez houleuse samedi dernier contre Nîmes.
  • Le capitaine du Racing avait encore réalisé une prestation très moyenne et aurait pu être sanctionné d’un carton rouge.
  • Avec le passage à 4 défenseurs, au lieu des cinq, la place du Serbe est-elle menacée ? Teddy Bertin et Jonathan Schmid ont chacun leur avis.

La scène est presque passée inaperçue dans l’euphorie de la victoire face à Nîmes (4-1), samedi dernier. Elle s’est déroulée à la 75e minute de jeu, quand Stefan Mitrovic a été remplacé par Lamine Koné. Jusque-là, rien de fou fou. Sauf que ça s’est gâté à la sortie du terrain du capitaine du RC Strasbourg

Le défenseur n’a pas serré la main de son entraîneur et a bien fait comprendre à Thierry Laurey qu’il était furieux. Le tout sous les sifflets de la Meinau, qui s’était déjà agacée des erreurs du Serbe pendant la partie. Comme sur ce dégagement contré par Ripart (12e) qui aurait pu mener à l’ouverture du score. Soixante minutes de jeu plus tard, les deux hommes étaient encore au duel, pour une grosse faute du joueur du Racing qui aurait pu lui valoir un deuxième carton jaune.

Plusieurs grosses bévues

Quelques instants plus tard, le capitaine du Racing était rappelé sur le banc et laissait son brassard à Lamine Koné. « Il a sorti Stefan pour lui éviter l’expulsion », assure Jonathan Schmid. Le joueur du SC Freiburg n’est pas tout à fait objectif : c’est un « ami » de l’international serbe. Les deux ont joué ensemble pendant une saison (2014-2015) dans le club de la Forêt noire.

Cela n’empêche pas le natif de Strasbourg de le concéder, à demi-mot : « Il a une période actuelle à surmonter et je suis sûr qu’il va y arriver. » Une période actuelle de moins bien ? Elle dure depuis quelques mois. La responsabilité de Mitrovic n’est pas engagée sur tous les buts concédés par le Racing, loin de là, mais le n°13 bleu s’est rendu coupable de grossières bévues.

L’une d’elles remonte au barrage qualificatif à la Ligue Europa. A Francfort, il avait ouvert le score contre son camp sur un geste maladroit. Avant, trois jours plus tard, d'offrir carrément un but au Monégasque Slimani sur une glissade. Fin septembre à Lille, il avait aussi été mouillé, avec malchance, sur le but d’Osimhen.

« La charnière centrale la plus complémentaire, c’est Koné-Djiku »

Malgré tout ça, le Serbe est resté titulaire ces trois dernières journées en Ligue 1. Même quand Thierry Laurey a changé de système et n’a plus retenu que deux défenseurs centraux, au lieu des trois de son précédent dispositif. Stefan Mitrovic a-t-il sa place assurée dans le onze de départ samedi prochain à Amiens ? Ce n’est pas l’avis de Teddy Bertin.

« La charnière centrale la plus complémentaire, c’est Koné-Djiku », estime l’ancien défenseur du Racing. « On les sent complices. Dès que l’un sort, l’autre prend la couverture. Je vais même plus loin : Koné me semble indispensable. Il est solide, rapide et c’est un super mec. Je le connais bien, j’ai joué avec lui à Châteauroux (2003-2007). »

Celui qui est aujourd’hui coach de Boulogne-Billancourt, en National 3, ne voit comme un problème le fait de mettre le capitaine sur le banc. « Il n’y a pas de titulaire indiscutable dans un groupe, sinon il ne fonctionne pas. Et puis je peux en parler : on m’a aussi retiré le brassard quand j’étais au Racing… »

Jonathan Schmid, lui, continue à soutenir son ancien partenaire. « Je ne vois pas pourquoi Stefan perdrait sa place », réagit le latéral. « Il a les deux pieds, c’est un défenseur intelligent et il a de l’expérience. En plus, c’est un guerrier, l’équipe en a besoin. »

C’est Thierry Laurey qui jugera la semaine prochaine. Ses trois défenseurs centraux ne sont ni suspendus ni blessés pour le déplacement en Picardie. Ils postulent tous à une place de titulaire, ce qui devrait faire un déçu. A moins de repasser dans une tactique à cinq défenseurs.