Mais c’est quoi, ces matchs Occitanie – Espagne à Ernest-Wallon ?

RUGBY Ernest-Wallon, habituel antre du Stade Toulousain, accueille samedi les matchs Occitanie – Espagne, féminin puis masculin

Nicolas Stival
— 
Les sélections de rugby d'Occitanie jouent leur premier match au stade Ernest-Wallon de Toulouse samedi contre l'Espagne.
Les sélections de rugby d'Occitanie jouent leur premier match au stade Ernest-Wallon de Toulouse samedi contre l'Espagne. — Patrick Khachfe / JMP / Rex / Shutterstock / Sipa
  • Pour la première fois, des sélections d'Occitanie de rugby ont été montées. Filles et garçons joueront samedi contre l'Espagne, au stade Ernest-Wallon de Toulouse.
  • La sélection féminine sera menée par l'ancienne capitaine du XV de France Gaëlle Mignot.
  • Côté masculin, le manager Emile Ntamack reconnaît que bâtir un groupe a été très compliqué, en raison notamment du calendrier surchargé des clubs professionnels et de Fédérale 1.

L’idée est née cet été, lorsque des dirigeants de la Fédération espagnole de rugby ont contacté leur ami Alain Doucet. « Comme leur équipe nationale était privée de Coupe du monde au Japon, ils cherchaient à élaborer un calendrier international en novembre, explique le président de la Ligue Occitanie​. Et comme beaucoup d’équipes nationales sortaient du Mondial, elles n’étaient pas disponibles… »

Il ne restait plus qu’à créer une formation régionale. C’est ainsi qu’a germé la sélection occitane, ou même les sélections, puisque le stade Ernest-Wallon de Toulouse accueillera samedi un match féminin à 15h avant la rencontre des hommes à 17h.

La talonneuse de Montpellier Gaëlle Mignot, ex-capitaine du XV de France, mènera un groupe de jeunes également issues des rangs du Stade Toulousain et de Blagnac, « qui ne sont pas internationales mais le seront demain », assure Alain Doucet. En face se dressera la redoutable huitième nation mondiale, qui devance le pays de Galles et l’Irlande dans la hiérarchie de World Rugby.

Chez les garçons, le panorama est bien différent. Déjà, aucun nom connu du grand public n’émerge de la liste des 23 Occitans, tandis que les Espagnols, eux aussi privés des binationaux évoluant en France, pointent à la 16e place internationale, entre les Samoa et les Etats-Unis, présents au Mondial japonais.

Un calendrier déjà surchargé

Composer un groupe « a été un petit chemin de croix », reconnaît Emile Ntamack, manager d’un jour. « Les clubs du Top 14 jouent ce week-end en Coupe d’Europe, il y a une journée de Pro D2 et de Fédérale 1, donc on les comprend, poursuit l’ancien ailier international, aujourd’hui manager général de la formation au Stade Toulousain. On a cherché des joueurs dispos, donc des Espoirs, des garçons en reprise ou qui ont besoin de temps de jeu. »

Mardi matin, Alain Doucet évoquait la présence de Maxime Mermoz comme capitaine des jeunes Occitans. « Il ne sera pas là, tranchait Ntamack jeudi. Il n’est pas non plus dans le groupe du Stade Toulousain [en déplacement vendredi à Gloucester], mais il est prévu sur autre chose. Les clubs établissent des plans de développement pour leurs joueurs. Comme ce match [Occitanie-Espagne] arrive au dernier moment, ça chamboule tout. »

Une promesse de « jeu à profusion »

Sept des huit clubs occitans de Top 14 et Pro D2 (mais pas Montauban) ont donc prêté des Espoirs (Desert, Danielli, Lehodey, Merkler, Loues et Salas pour Toulouse). « Il n’y aura pas Dupont, Picamoles ou Guirado mais les spectateurs verront un événement de rugby avec du jeu à profusion », assure le président de la Ligue Occitanie.

Ntamack espère également voir ses protégés proposer « plaisir de jeu et créativité », mais aussi « engagement, fierté et combat ». Des écoles de rugby de la région seront conviées à Ernest-Wallon pour l’occasion, alors que pour le grand public, le tarif est fixé à 10 euros.

« C’est un ballon d’essai, on verra ce que ça donne », lâche Alain Doucet, qui espère que cette rencontre inédite ouvrira la voie à d’autres rencontres du même genre. « On peut imaginer un match entre la région Grand Est et l’Allemagne, ou les Hauts-de-France contre la Belgique. »