Argentine: Un match entre Maradona, Riquelme et Batistuta derrière l'élection du président de Boca Juniors

FOOTBALL L'élection du président du mythique club argentin revêt beaucoup d'enjeux

20 Minutes avec AFP

— 

Diego Maradona a démissionné mardi de son poste d'entraîneur de Gimnasia La Plata, le 19 novembre 2019.
Diego Maradona a démissionné mardi de son poste d'entraîneur de Gimnasia La Plata, le 19 novembre 2019. — Marcelo Ruiz/EFE/SIPA

Diego Maradona, Gabriel Batistuta et Juan Roman Riquelme: trois légendes du football argentin s'affrontent en participant ou en soutenant des listes rivales pour diriger le célèbre club de Boca Juniors, dans une élection qui dépasse le monde du ballon rond. Dimanche, au mythique stade de la Bombonera, dans le quartier de la Boca de Buenos Aires, les 80.000 « socios » (supporters-actionnaires) sont appelés à désigner le président de la formation la plus populaire du pays et ses adjoints.

L'actuelle équipe dirigeante est liée au président argentin sortant Mauricio Macri (centre droit), qui a lui-même conduit le club de 1995 à 2007, avant de faire carrière en politique. Hasard du calendrier, le chef de l'Etat doit laisser le pouvoir le 10 décembre, après avoir perdu les élections d'octobre face à Alberto Fernandez (centre gauche).

Deux jours avant, soit dimanche, il pourrait bien subir un second revers électoral en moins de deux mois. Depuis 2011, c'est un homme de Mauricio Macri, Daniel Angelici, qui dirige les « Xeneizes ».

Après deux mandats, M. Angelici, que l'on surnomme «El Tano» («Le Rital») à cause de ses origines, ne peut plus se représenter. Et le candidat de la « liste Macr i», Cristian Gribaudo, n'est pas favori, malgré un soutien de poids, celui de Maradona, 59 ans. Le « Pibe de Oro », qui entraîne actuellement le club argentin de Gimnasia La Plata, a toujours clamé son amour pour Boca.

« On ne veut pas d'un (Daniel) Passarella à Boca et si Riquelme gagne, tenez-vous bien », a lancé « El Diez » en référence à un autre ancien joueur qui a dirigé le club rival de River Plate entre 2009 et 2013 avec un bilan catastrophique : des comptes dans le rouge et une descente en deuxième division. Les relations entre Maradona et Riquelme ont toujours été tendues.

« Les pires années »

« Tant que Maradona sera sélectionneur, je ne reviendrai pas en sélection. Nous ne sommes pas sur la même longueur d'ondes. C'est clair que nous ne pouvons pas travailler ensemble », avait notamment déclaré en 2009 Riquelme en annonçant sa retraite internationale.

Désormais âgé de 41 ans, l'ancien joueur du FC Barcelone, de Villareal et idole de Boca Juniors, qui a toujours entretenu des rapports difficiles avec Macri et Angelici, a récemment rejoint une liste rivale, conduite par Jorge Ameal, qui a déjà présidé le club de 2008 à 2011. Un coup dur pour la « liste Macri ».

« Je pense que le moment est venu d'aider mon club, ces dernières années ont été les pires », a-t-il déclaré mercredi à America TV, se disant convaincu de sa victoire dimanche. « Tout le pays sait que nous devons gagner ».

« Riqueeelme, Riqueeelme », ont entonné samedi dernier des milliers de supporters lors du nul (1-1) face à Argentinos Juniors. Ils acclamaient leur génial ancien N.10 qui a effectué l'essentiel de sa carrière dans ce club (388 matches, 89 buts), remportant onze titres, dont trois coupes Libertadores (2000, 2001, 2007), l'équivalent de la Ligue des champions en Amérique du Sud, et une coupe Intercontinentale (2000).

Mais cela a aussi été interprété comme un appel à un renouvellement de la direction: les fans en ont assez des titres locaux et aspirent à lever à nouveau la Copa Libertadores, dont le dernier titre remonte à 2007. « C'est la faute à Angelici! Avant, on nous respectait, maintenant, tout le monde veut nous passer devant. Vous pensez voter pour eux? », a lancé un vieux supporter à la cantonade.

Autre attaquant de légende de Boca Juniors à mouiller le maillot pour ces élections: Gabriel Batistuta. A 50 ans, «Batigol» est le conseiller sportif du candidat José Beraldi, qui conduit la troisième liste, avec toutfois peu de chances de l'emporter.