Ligue 1 : Avec un nul 2-2 contre Monaco, Strasbourg s’évite une petite crise

FOOTBALL L'égalisation de Thomasson en fin de partie contre Monaco dimanche (2-2) va permettre au Racing de passer la trêve internationale sereinement.

Thibaut Gagnepain

— 

Mohamed Simakan harangue la foule en toute fin de partie. Les Alsaciens se sont arrachés contre Monaco.
Mohamed Simakan harangue la foule en toute fin de partie. Les Alsaciens se sont arrachés contre Monaco. — FREDERICK FLORIN / AFP

C’est une reprise de volée qui chasse les maux de tête. Le joli geste d’Adrien Thomasson, en toute fin de match face à Monaco dimanche, n’a pas seulement permis au Racing de décrocher le match nul (2-2). Il a aussi évité au club alsacien de piquer une petite crise, trois jours après sa défaite (3-0) et son élimination de la Ligue Europa à Francfort.

Ce matin, les hommes de Thierry Laurey pointent à la 17e place du classement de Ligue 1. Rien de reluisant, mais rien de dramatique non plus après quatre journées. Surtout après avoir mené de front deux compétitions et joué dix rencontres en quarante jours. « Franchement, c’était délicat d’enchaîner, surtout avec une majorité de joueurs qui n’avait jamais vécu ça », a reconnu le technicien.

« Je suis vraiment content de notre début de saison »

« A part le bilan comptable, je suis vraiment content de notre début de saison », a-t-il poursuivi. « Les garçons ont donné tout ce qu’ils pouvaient. Et revenir deux fois au score contre Monaco, c’est très positif. Ce que j’ai vu m’a rassuré sur l’état d’esprit général. Avec nos moyens actuels, on s’est sublimé pour ne pas couler. »

Le fond n’était pourtant pas loin après la grossière erreur du capitaine Mitrovic. Sur un contrôle raté, le défenseur avait offert le deuxième but à l’ASM, encore signé Slimani (1-2, 40e). A peine une minute après l’égalisation de Lala, sur penalty (1-1, 39e) !

Sels les a sauvés

Les démons de ce Racing-là étaient alors revenus, avec une défense en danger sur chaque offensive adverse et un jeu offensif stéréotypé. La faute aussi à un milieu de terrain amputé de son habituel métronome Jonas Martin, non aligné car en instance de transfert vers Rennes. Heureusement, Sels était là pour éviter la catastrophe… Sans plusieurs parades de leur gardien belge, les Strasbourgeois n’auraient pas pris de point dimanche.

Puis Thomasson a donc réussi le geste qu’il fallait au bon moment. Juste avant une trêve internationale qui va permettre aux Alsaciens de souffler un peu. « Maintenant, on va disputer un match par semaine, il n’y aura plus de calcul à faire, conclut Dimitri Liénard. Notre championnat va vraiment commencer. » Rendez-vous le 14 septembre, au Parc des Princes à Paris.