VIDEO. OM-OL: «La rivalité fait que ce match occasionne toujours des débordements»... L'ambiance sera chaude au Vélodrome

FOOTBALL Selon nos informations, le dispositif de sécurité sera nettement renforcé autour d'un OM-OL qui s'annonce bouillant, entre rivalité sportive et contexte de crise à Marseille

Jean Saint-Marc

— 

Les OM-OL au Vélodrome sont souvent très chauds.
Les OM-OL au Vélodrome sont souvent très chauds. — Archives AFP (Montage : 20 Minutes)
  • Les policiers vont mobiliser environ 100 hommes de plus que d’habitude pour OM-OL, ce dimanche, au Vélodrome.
  • La rivalité entre les deux clubs et la colère des supporters marseillais contre leurs dirigeants inquiètent les autorités, qui s’attendent à « plus de débordements que d’habitude. »

« On risque de se coucher très tard lundi matin » : les policiers marseillais sont prévenus. Les réserves de Guronsan sont faites avant un OM- OL qui s’annonce bouillant, ce dimanche (21 heures), au Vélodrome. Les rapports des services de renseignement spécialisés sur les supporters sont limpides, confie le commissaire divisionnaire Philippe Combaz, qui chapote la sécu au Vélodrome les soirs de match : « Ce sera tendu, très tendu même. On n’est pas sur un bon alignement de planètes : la rivalité contre Lyon, plus la colère des Marseillais face aux mauvais résultats… Ça fait beaucoup ! »

Les policiers 2.0 se rencardent aussi sur les réseaux sociaux. Et ce qu’ils y lisent avant « l’Olympico » est plutôt inquiétant. Voyez plutôt :

  • « Je rêve d’un Vélodrome émeutier. Qu’on saccage leur Olympico de mort en squattant le terrain dès le coup d’envoi. Envahissement à 20.000. »
  • « #OMOL : je veux juste qu’on règle à la marseillaise ce qui s’est passé l’an dernier contre eux au Vélodrome, avec Anthony Lopes qui avait envoyé une gifle de trompette à un membre du staff avant de se cacher dans le vestiaire. »
  • « Un gros craquage de fumis dans les deux virages, c’est possible ? Un truc à 150.000/200.000 euros de budget amende pour la direction, ils nous doivent bien ça !!! »
  • « Ça va péter dans le stade s’ils ne font pas honneur au maillot contre Lyon. Eyraud : ta tête n’est pas loin de tomber. »

 

L’auteur d’un de ces messages, joint par 20 Minutes, accepte de développer. Cet habitué des virages Sud et Nord, âgé de 33 ans, « souhaite ardemment que le climat soit hostile » : « Il faut saboter un des petits spectacles survendus par la Ligue. Il faut saboter cet Olympico pour sa dimension spectaculaire-marchande. Mais aussi, et surtout, pour dégager nos viers [couillons, insulte marseillaise] ultimes que sont JHE et Garcia. »

« Qu’ils se cassent tous », lance Zeroual

Ils sont nombreux à penser comme lui, surtout au sein des groupes de supporters du Virage Sud, qui ont recommencé à chanter, face à Nantes, les tubes « mouille le maillot ou casse-toi » et, surtout, « Garcia démission. » « Qu’ils se cassent tous, s’emporte le patron des South Winners Rachid Zeroual, joint par 20 Minutes. Eyraud, Garcia, et tous les trous du c** qu’ils ont salariés, qui ont fait les grandes écoles à Paris et qui ne comprennent rien au ballon… On ne veut plus les voir ! »

Son groupe célèbre ses 32 ans, ce dimanche, avec un programme évidemment secret :

On va au stade pour faire la fête, reprend Zeroual. Donc on va jouer notre rôle et supporter ces mercenaires. Mais s’ils se ridiculisent encore, ça va chauffer ! »

L’ambiance devrait être chaude aussi chez leurs voisins du Commando Ultra 84, qui ont déjà déployé plusieurs banderoles hostiles lors du dernier match à domicile, face à Nantes.

« Je serais étonné qu’il ne se passe rien dimanche, mais un envahissement est très peu probable. Des fumigènes, par contre, ce serait logique… », estime un ancien du bouillant groupe ultra.

Environ 100 policiers de plus que d’habitude

Dans ce contexte, la préfecture de police a mobilisé des renforts. Environ 300 policiers seront sur place, contre 200 pour une rencontre classique. Dont trois compagnies de CRS. « On s’attend à plus de débordements que d’habitude, glisse-t-on place Félix-Baret. La rivalité Marseille/Lyon fait que ce match occasionne toujours des débordements… Le contexte marseillo-marseillais se greffe en plus, cette année. On sait que le mécontentement a été nettement renforcé avec Strasbourg-OM et la quasi-élimination dans la course à l’Europe ! »

La préfecture de police n’a d’ailleurs pas hésité une seule seconde avant de demander au ministère de l’Intérieur une interdiction de déplacement pour les supporters lyonnais. « On ne les regrettera pas, sourit le commissaire divisionnaire Philippe Combaz. A Marseille, on se débrouille très bien tous seuls pour avoir des incidents ! »