Amiens-Bordeaux: A quoi peut servir cette fin de saison pour les Girondins?

FOOTBALL Englué dans le ventre mou, le club a plusieurs raisons de ne pas finir le championnat en roue libre

Clément Carpentier

— 

Le propriétaire Joe DaGrosa, l'entraîneur Paulo Sousa et le défenseur Pablo.
Le propriétaire Joe DaGrosa, l'entraîneur Paulo Sousa et le défenseur Pablo. — Nicolas Tucat - Franck Fife / AFP
  • Les Girondins se déplacent à Amiens ce dimanche après-midi (15 heures) à l’occasion de la 30e journée de Ligue 1.
  • Même si les Bordelais n’ont plus rien à jouer, cette fin de saison n’est pas sans enjeu pour le club.
  • Entraîneur, joueurs, dirigeants… Tous doivent préparer au mieux la saison prochaine dès maintenant.

Non, non, les Girondins de Bordeaux (13e de Ligue 1) ne sont pas encore en vacances ! Même s’il leur faudrait aujourd’hui un miracle pour décrocher l’Europe (12 points de retard sur le 5e) et une catastrophe pour se retrouver menacés de relégation (13 points d’avance sur le barragiste), il y a encore des enjeux sur ces neuf derniers matchs de championnat. Lesquels ? 20 Minutes en voit trois avant le déplacement ce dimanche (15h) à Amiens.

Pour l’entraîneur, imposer son style

Depuis sa nomination, le 8 mars dernier, on ne parle que de lui. Certains le voient même comme le messie. Paulo Sousa est l’homme qui fera retrouver son lustre d’antan aux Marine et Blanc. Pourquoi pas ! Chacun a le droit d’y croire. Reste que le Portugais aux huit clubs entraînés en dix ans va devoir faire ses preuves. Et surtout, vite imposer son style : « Je veux réveiller ce géant endormi. »

Pour ça, Paulo Sousa ne compte pas y aller par quatre chemins. Nouvelles règles de vie, très forte intensité à l’entraînement, nouveau schéma tactique en match… Tout y passe. Pour l’instant, tout est neuf, tout est beau. Le Portugais doit donc profiter de cette fin de saison pour définir son cadre et de devenir le vrai patron du club. Auprès de ses joueurs mais aussi de ses dirigeants en vue du prochain mercato.

Pour les joueurs, se montrer (ou pas) sur le terrain

Paulo Sousa ne s’en cache pas, ces derniers matchs vont lui permettre de savoir « qui doit rester et qui doit partir » en vue de la saison prochaine. Sans véritable pression sportive sur les résultats, il va pouvoir faire une sorte de revue d’effectif. Si certains ne devraient pas poursuivre l’aventure bordelaise (Karamoh, Cornélius, Lewczuk, Kamano voire Sabaly), beaucoup d’autres ne savent encore de quoi sera fait leur avenir dans les prochains mois (Palencia, Pablo, Poundjé, Otavio, Sankharé voire de Préville). Autant dire que la balle est clairement dans leur camp aujourd'hui.

Enfin, les jeunes (Adli, Basic, Tchouaméni, Youssouf ou Maja) doivent le plus rapidement possible se faire leur place. Le train ne passera peut-être pas deux fois notamment avec le Portugais.

Pour le club, repartir enfin de l’avant

Tout d’abord d’un point de vue purement comptable, si la saison est pour l’instant ratée, les Girondins se doivent de finir au moins celle-ci dans la première partie de tableau. Cela ferait un peu tâche pour le 7e budget de Ligue 1. Ce serait la deuxième fois en quatre ans (11e en 2015-2016). Il faudra donc une série positive pour éviter ça. Un match en particulier ne sera pas à perdre, toujours le même chaque saison, celui contre Marseille. Cela fait 41 ans que Bordeaux n’a plus perdu à domicile face à l’OM. En cas de défaite, ce serait vraiment le calice jusqu’à la lie pour les supporters.

Au-delà de ça, l’objectif est clairement de préparer la saison prochaine dès maintenant. C’est pour cette raison que Paulo Sousa a débarqué dès mars. Si cette année peut être considérée de transition avec notamment le rachat du club, les nouveaux propriétaires américains seront attendus au tournant dès le mois d’août. Ainsi comme l’entraîneur portugais et ses joueurs.