VIDEO. ASSE-Strasbourg: «On avait la sensation que tout nous faisait mal»… Comment Sainté a mis fin à sa série noire

FOOTBALL Les Verts ont mis fin à une série de quatre matchs sans succès en battant le Racing ce mercredi (2-1). Les voici au pied du podium en Ligue 1

Au stade Geoffroy-Guichard, Jérémy Laugier

— 

Robert Beric célèbre son but, inscrit dès la 5e minute de jeu face à Strasbourg.
Robert Beric célèbre son but, inscrit dès la 5e minute de jeu face à Strasbourg. — JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
  • Sonnée par le cruel épilogue du derby (1-2), l'ASSE a connu une délicate période de quatre matchs de rang sans le moindre succès.
  • En l’emportant logiquement (2-1), ce mercredi face à Strasbourg, les Stéphanois ont relevé la tête juste avant de viser « un miracle » contre le PSG dimanche (21 heures).
  • Après ce match en retard de la 23e journée, les voici totalement relancés à la quatrième place à seulement trois points de l’OL.

« Fébrilité, fébrilité, fébrilité ». Jean-Louis Gasset avait surtout ce mot à la bouche ce mercredi soir, au moment d’expliquer pourquoi son équipe avait tant peiné à surfer sur sa convaincante première période contre Strasbourg (2-0, puis 2-1 au final). Privés de leurs deux kops en raison d’une sanction de huis clos partiel post-derby, les Stéphanois ont en effet réussi 45 minutes d’excellente facture avec deux buts de Robert Beric (4e) et Loïc Perrin (27e), une immense occase vendangée par le Slovène (31e) et une mainmise totale dans le jeu contre un concurrent direct pour la Ligue Europa.

« On a pris énormément de plaisir en première période », apprécie Yann M’Vila, de retour après son match de suspension purgé à Rennes (3-0). Un plaisir incarné par Robert Beric, titulaire surprise en raison de la blessure de Loïs Diony (contusion du pied gauche). Aligné d’emblée pour la première fois depuis deux mois, l’attaquant de 27 ans a comme souvent répondu présent, inscrivant son quatrième but en L1 au cours d’une saison où il compte le même nombre de titularisations.

« On ne voulait pas faire l’erreur qui allait anéantir trois points »

« Il a peu joué mais il faut saluer son état d’esprit irréprochable, indique Wahbi Khazri. Il est performant à chaque fois et il nous aide beaucoup. » Un gars sûr dans toute sa splendeur également apprécié par Yann M’Vila : « Robert ne lâche jamais et se donne toujours à 200 % aux entraînements. Il mérite d’être récompensé ». Oui mais voilà, même le flair de l’Inspecteur Beric dans les 18 mètres adverses n’a pas permis aux Verts de se mettre définitivement à l’abri. Et dès la reprise, un autre match a démarré pour l’ASSE, entre gestion et trouille. Comme souvent, Jean-Louis Gasset décrypte parfaitement ce changement de visage brutal de son équipe.

« Ça fait un mois qu’on n’avait pas gagné et nous étions fébriles. On avait la sensation que les vents étaient contraires et que tout nous faisait mal. On a voulu conserver ce résultat, on a trop reculé et on a manqué de maîtrise technique par moments. On a juste contré alors qu’on aime bien maîtriser le jeu comme en première période. Tout était forcé car on ne voulait pas faire l’erreur qui allait causer l’égalisation et anéantir trois points. »

« On se devait de vite rectifier le tir »

La maîtrise était clairement aux oubliettes après le repos, envolée avec ce traumatisant but de Moussa Dembélé au bout du bout du derby (1-2). Depuis, entre une claque monumentale en Coupe de France (3-6) contre Dijon, un nul (1-1) dans un contexte si particulier à Nantes et une (trop) sévère défaite à Rennes (3-0), les Verts avaient perdu le fil. « Pour pas tomber dans un tourbillon négatif et se mettre à beaucoup réfléchir, on se devait de vite rectifier le tir », complète Wahbi Khazri.

Malgré la grosse frayeur incarnée par le but de Nuno Da Costa (2-1, 73e), ce groupe a tenu bon et se retrouve seul quatrième, calé trois points derrière l’OL et trois points devant le trio Montpellier-Marseille-Nice. « C’est quand même bon signe d’être aussi proche du podium à cette période, souligne Loïc Perrin, qui rêve d’un ''miracle'' dimanche (21 heures) face au PSG. Mais il faut savoir que la 10e place n’est pas très loin non plus [à cinq points]. » Du calme Loïc, Moussa Dembélé ne repassera plus de sitôt dans le Chaudron pour mettre KO pour un mois tout le peuple vert.