OL-ASSE: «Ses mots sont toujours justes»… Et si Jean-Louis Gasset était l'homme clé du renouveau stéphanois?

FOOTBALL Le nouvel entraîneur des Verts a judicieusement modifié son équipe, dimanche en deuxième période à Lyon, afin d'inverser l'issue du derby (1-1)...

Jérémy Laugier

— 

Jean-Louis Gasset, ici le 28 novembre lors d'un match de Ligue 1 à Bordeaux, en tant qu'adjoint de Julien Sablé.
Jean-Louis Gasset, ici le 28 novembre lors d'un match de Ligue 1 à Bordeaux, en tant qu'adjoint de Julien Sablé. — NICOLAS TUCAT / AFP
  • Avec le nul (1-1) arraché à Lyon dimanche, l’ASSE reste sur 3 victoires et 2 nuls sur les 5 dernières journées de Ligue 1.
  • Une dynamique permettant aux Verts de clairement s’éloigner de la zone rouge.
  • Plus encore peut-être que les recrues hivernales, Jean-Louis Gasset tient un rôle majeur dans l’actuelle bonne période stéphanoise.

« Je sentais qu’on pouvait égaliser. Ça aurait été illogique qu’on ne prenne pas un point ce soir. » Lorsque devant son banc de touche, Jean-Louis Gasset a une conviction, il se trompe rarement depuis un mois. Devenu entraîneur principal de l’ASSE en décembre à Guingamp (2-1), celui-ci a vraiment réussi son coup dimanche pour son premier derby (1-1). Plutôt malmenée et surtout sans véritable idée offensive durant la première période à Lyon (1-0), son équipe a changé de visage après le repos, particulièrement après deux changements de joueurs déterminants.

>> A lire aussi : OL-ASSE: Les Lyonnais encore punis au bout d'un derby sans passion

L’ancien coach montpelliérain a ainsi eu un grand impact sur le sort de la partie en lançant Romain Hamouma (62e) puis Paul-Georges Ntep (67e), respectivement à la place de Kévin Monnet-Paquet et d’Ole Selnaes. Un choix de 4-4-2 (plutôt que le classique 4-2-3-1) délibérément offensif afin « de faire peur » à une équipe lyonnaise passée à cinq défenseurs (Diakhaby a remplacé Fekir).

Gasset a fait le choix de modifier tout son côté gauche à Lyon

« Le coach a transmis son état d’esprit compétiteur à toute l’équipe, constate Yann M’Vila. C’est lui qui nous donne des ailes sur le terrain. Et puis il n’a peur de rien. Lyon, ou qui que ce soit en face, quand il a quelque chose en tête, tu ne peux pas le faire changer d’avis. » Ses convictions réussissent actuellement très bien à l’ASSE, passée de la 16e à la 12e place grâce à une série de 3 victoires et 2 nuls de haut vol contre l’OM (2-2) et l’OL (1-1).

>> A lire aussi : VIDEO. OL-ASSE: Tifo de Fekir, départ du car stéphanois... Les moments forts du derby n'étaient pas sur la pelouse

En réussite tactiquement à Lyon, puisque l’égalisation tardive de Mathieu Debuchy est venue d’un côté gauche entièrement modifié au cours de la deuxième période (Ntep et Diousse), Jean-Louis Gasset séduit aussi ses joueurs avec ses discours. « Ses mots sont toujours justes », s’enthousiasme même l’ancien défenseur d’Arsenal. Un avis partagé par Loïc Perrin.

« Il nous a répété à la mi-temps que les Lyonnais plongeaient un peu physiquement en fin de match. Et il n’a pas eu tort. Le coach sent bien les coups. Il a l’expérience de ce genre de matchs. Il a eu les mots justes. Ça se voit qu’il a fait des gros matchs. Ce qu’on fait est cohérent et on se fait plaisir. »

« Après avoir assuré le maintien, tout sera permis et possible »

Une adaptation tellement réussie qu’elle pourrait permettre aux Verts de viser désormais une place européenne (le Top 5 n’est qu’à cinq points) ? « C’est trop loin, il ne faut pas oublier les moments par lesquels nous sommes passés en fin d’année 2017. On va déjà atteindre le nombre de points officialisant le maintien. Et après, tout sera permis et possible. »

>> A lire aussi : OL-ASSE: Comment les Lyonnais ont-ils pu finir le derby avec Diakhaby à la place de Fekir?

Si jamais l’ASSE retrouve la Ligue Europa en mai après n’avoir compté qu’un point d’avance sur le barragiste à la trêve hivernale, il faudrait envisager de nommer Jean-Louis Gasset pour le trophée UNFP de l’entraîneur de l’année, non ?