OL-PSG: Chant pour Dembélé, tacle de Fekir, banc parisien... Les dix réflexions que nous inspire LE match de la saison

FOOTBALL Parce qu’il s’est passé 870 fois plus de choses que dans la nuit du Superbowl, « 20 Minutes » vous liste dix réflexions inspirées par cet énorme OL-PSG (2-1) de dimanche

Jérémy Laugier

— 

Quand Moussa Dembélé suit un ballon du regard, il ne fait pas semblant. ROMAIN LAFABREGUE
Quand Moussa Dembélé suit un ballon du regard, il ne fait pas semblant. ROMAIN LAFABREGUE — AFP
  • De dimanche soir à ce lundi aprem, les événements entourant cet OL-PSG n’ont pas manqué.
  • 20 Minutes vous récapitule le tout en dix séquences dans l’ordre chronologique, où il y est autant question de danse étrange d’Angel Di Maria que de la disparition d’Emiliano Sala.

Le Parc OL vient tout juste de fêter ses trois ans mais il semble déjà afficher des tendances gravées dans la roche. C’est simple : les trois derbys disputés à Décines ont été ennuyeux et les quatre Lyon-PSG ont tous été des matchs de folie. Oups, on s’est grillé une première analyse de haut vol. Voici dix autres réflexions que nous a inspirées dimanche l’énorme succès (2-1) de l’OL contre un leader jusque-là invaincu en Ligue 1.

  • 20 heures : Un banc du PSG en mode QSI a-t-il déjà été aussi peu clinquant ?

Avec les blessures de Marco Verratti et Neymar ainsi que la mise à l’écart d’Adrien Rabiot, on n’avait pas percuté qu’on allait halluciner en découvrant la feuille de match de cet OL-PSG. Et pour cause, le banc parisien avait davantage des allures de formation du ventre mou que d’ogre de la Ligue 1. Bon OK, Gigi Buffon et Thomas Meunier (non utilisés) mis à part.

Aux côtés de la récente recrue Leandro Paredes, des jeunes Nsoki, Nkunku et Diaby, le seul véritable recours offensif à Lyon était Eric Choupo-Moting, quasi invisible après avoir remplacé de manière surprenante Edinson Cavani (79e). Du jamais vu pour le PSG dans un choc de Ligue 1 depuis 2011, non ? L’ex « Super Sub » Ole Gunnar Solskjaer, actuel coach de Manchester United, n’a pas dû trop trembler au Parc OL.

  • 20h25 : Moussa Dembélé a-t-il changé de statut grâce au derby ?

S’il y en a bien un qui n’a pas dû reconnaître l’accueil lui étant réservé, deux semaines après le derby, c’est lui. Auteur du but de la victoire au bout des arrêts de jeu dans le Chaudron, Moussa Dembélé a, dans la foulée, changé de statut aux yeux de Bruno Genesio avec deux titularisations de rang. Mais aussi aux yeux des virages de supporters lyonnais, qui lui ont dédié un chant juste après son arrivée sur la pelouse pour l’échauffement. A savoir le même qui accompagne encore Jimmy Briand et Nabil Fekir depuis leurs coups d’éclat à Sainté : « Moussa Dembélé est un violeur de Stéphanois ». Poétique n'est-il pas ?

  • 21h07 : C’était quoi cette célébration d’Angel Di Maria ?

L’Argentin avait-il prévu une célébration spéciale s’il inscrivait le 1.000e but du PSG sous l’ère QSI ? En trompant avec lucidité Anthony Lopes (0-1, 7e), Angel Di Maria a d’abord adressé son classique cœur avec les doigts au Parc OL. Mais là, tout d’un coup, la célébration a pris une tournure plus gênante avec une danse de volatile ne ressemblant quand même pas à grand-chose. Etrangement, le virage nord lyonnais n’a guère goûté à ses légers mouvements de bras et petits sauts volontiers chambreurs.

  • 21h43 : Et si en fin de compte, le mercato estival de l’OL était réussi ?

Le mercato de l’OL cet été a longtemps été moqué pour les échecs des pistes menant à Nicolas Pépé et Ruben Dias. Mais là, en dix minutes dimanche, on a eu droit à un centre décisif de Léo Dubois pour Moussa Dembélé (1-1, 33e), comme deux semaines plus tôt dans le derby. Puis Jason Denayer s’est envolé pour signer sur sa ligne la parade de la soirée, d’une tête plongeante suppléant sur le coup Anthony Lopes et évitant le doublé d’Angel Di Maria (43e).

Trois joueurs arrivés avec des doutes les entourant, Léo Dubois et Moussa Dembélé ayant même été il y a encore quelques semaines des deuxièmes voire des troisièmes choix pour Bruno Genesio. « Je voudrais tirer un grand coup de chapeau à Florian Maurice [en charge du recrutement] car dans l’équipe qui a démarré ce soir, il y avait trois recrues », n’a pas manqué de souligner Jean-Michel Aulas.

  • 22h10 : Lopes est-il conscient d’avoir signé l’arrêt de la saison sur Mbappé ?

Comme à l’aller (5-0), il y a eu un passionnant match dans le match entre Kylian Mbappé et Anthony Lopes. Avec en point d’orgue la 52e minute, lorsque l’attaquant parisien, d’un sublime contrôle orienté mystifiant Léo Dubois, s’est ouvert le chemin du but. La suite est énorme : Anthony Lopes sent bien le coup et balance un réflexe incroyable du bout des doigts pour dévier en corner (et enchaîner une autre parade devant Mbappé).

On était curieux d’avoir la version des faits de l’intéressé. « Kylian Mbappé se retrouve à son avantage, indique le gardien de l’OL. J’ai l’impression qu’au début, il veut essayer de l’enrouler mais j’arrive à rester sur mes appuis et à l’enlever de la main gauche. C’est un arrêt normal, tant mieux pour l’équipe. » Un arrêt normal donc ?

  • 22h25 : La chute de Traoré n’est-elle pas l’instant gag de la saison ?

Quelque part, même la plupart des supporters lyonnais ont eu un rire nerveux à la 62e minute de cet OL-PSG. Leur équipe tient alors son court avantage (2-1) et a des balles de contre en or à jouer. Bertrand Traoré en récupère une dans son camp et s’ouvre le chemin du but en évitant un tacle désespéré de Presnel Kimpembe. La suite appartient à la légende de ce match et n’a pas manqué de rappeler un improbable salto de Frédéric Piquionne dans un derby à Gerland en 2009.

En situation de deux contre un avec Memphis Depay et Daniel Alves à 50 mètres des buts d’Alphonse Areola, il trébuche seul et pique du nez, gaspillant une immense opportunité. Sérieusement, un seul des 57.624 spectateurs ne s’est-il pas moqué du Burkinabé durant de longues minutes ?

  • 22h55 : Comment Fekir a-t-il pu échapper au carton rouge ?

Une semaine après le Rennais Mbaye Niang, déjà contre le PSG, Nabil Fekir a mystérieusement échappé à une expulsion évidente dans les arrêts de jeu. Leandro Paredes est sur le terrain depuis une dizaine de minutes lorsqu’il subit un féroce tacle par derrière du capitaine lyonnais, qui emporte tout sur son passage (90e+1). A vitesse réelle, Clément Turpin n’adresse qu’un carton jaune à « Nabilon » et aucun assistant vidéo ne l’incite à juger plus sévèrement cette faute. Le bilan de la recrue argentine en 2018-2019 aurait très bien pu s’arrêter là. Mais comme Thilo Kehrer face à Rennes, il s’est heureusement très vite relevé.

Cela n’a pas empêché Thomas Tuchel d’être remonté en conférence de presse : « A chaque match maintenant, il y a une faute dangereuse non sanctionnée. La dernière fois, cela aurait pu être la fin de la carrière de Thilo Kehrer. Et cette fois, il y a eu un tacle de Fekir encore plus haut sur Paredes. Cela aurait pu être déjà fini pour lui. Ce n’est pas possible. » Le club s’est empressé de monter au créneau en postant la vidéo de l’action sur les réseaux sociaux dès minuit. Un nouveau feuilleton entre le PSG et l’OL cette affaire ?

  • 22h57 : D’ailleurs, il a été comment Leandro Paredes pour ses courts débuts ?

Difficile de juger Leandro Paredes en seulement 12 minutes de jeu. Et ce d’autant que selon les stats officielles de la LFP, l’ex-milieu du Zénith Saint-Pétersbourg n’a pas touché le moindre ballon dimanche soir. Pour son entraîneur Thomas Tuchel, son bilan est plus positif : « Il a été très bien, je suis heureux de ce qu’il a fait. Il a déjà montré qu’il est très fort avec le ballon et qu’il peut nous apporter beaucoup ». Au vu des positionnements contre-nature à Lyon de Daniel Alves, Julian Draxler et Marquinhos, ça ne nous étonnerait pas que l’Argentin devienne vite titulaire dans cette équipe.

  • 23h40 : Comment Dubois a-t-il réagi à la découverte de l’avion d’Emiliano Sala ?

Lorsque Léo Dubois s’est présenté devant les médias à la sortie du vestiaire, il n’avait pas encore appris la nouvelle du soir. L’avion dans lequel son ami Emiliano Sala [ils ont évolué ensemble trois saisons à Nantes] voyageait venait en effet d’être retrouvé en mer. Le ton euphorique post-victoire a aussitôt disparu.

Emiliano aussi a été retrouvé ? Ecoutez, je pense tous les jours à lui et à sa famille. Ce qui s’est passé est dramatique. Je remercie les supporters pour la 9e minute ce soir. Ce sont des choses qui sortent du contexte football et Emiliano mérite tout cet engouement autour de lui parce que c’est un mec super. J’ai une grosse pensée pour mes anciens coéquipiers à Nantes. Ils vivent des moments compliqués. Tout le football français est dans le même bateau pour essayer de retrouver Emiliano. Sa famille mérite d’avoir des réponses à ses questions. »

  • 14 heures ce lundi : Chambrage ou pas chambrage Memphis après ce succès ?

Memphis Depay était évidemment moins dans la lumière dimanche que lors du OL-PSG de la saison passée, après son but de fou furieux dans les arrêts de jeu (2-1). Très précieux néanmoins, il a effectué quelques différences, en réveillant son équipe par des caviars mal négociés par Bertrand Traoré (18e) puis Moussa Dembélé (20e).

S’il n’a pas souhaité s’arrêter devant les médias, l’international néerlandais ne s’est pas gêné pour surfer « à la Memphis » sur pareil succès. Et ce sur son terrain de jeu préféré, à savoir les réseaux sociaux, avec une photo de son dribble ayant laissé Thilo Kehrer sur les fesses, le regard totalement désespéré. Comme sur la photo illustrant cet article ? Sans rancune hein Thilo !