VIDEO. Amiens-OL: Et si cette Coupe de la Ligue permettait enfin aux Lyonnais de conquérir un titre?

FOOTBALL En quête d'un trophée depuis sept ans, L'OL attaque avec ambition la Coupe de la Ligue, ce mercredi (18h45) à Amiens...

Jérémy Laugier

— 

En titularisant notamment Mapou Yanga-Mbiwa et Mouctar Diakhaby (ici face à Jonathan Ikoné), Bruno Genesio avait manqué son pari, il y a un an à Montpellier (4-1).
En titularisant notamment Mapou Yanga-Mbiwa et Mouctar Diakhaby (ici face à Jonathan Ikoné), Bruno Genesio avait manqué son pari, il y a un an à Montpellier (4-1). — PASCAL GUYOT / AFP
  • Les Lyonnais entrent en Coupe de la Ligue ce mercredi (18h45) en défiant Amiens en 8es de finale.
  • Bruno Genesio va « mettre beaucoup plus l’accent » sur cette compétition qu’à Montpellier l’an dernier (4-1).
  • Largué en Ligue 1 et opposé au Barça en Ligue des champions, l’OL court après son premier titre depuis 2012.

« Je mettrai beaucoup plus l’accent sur cette compétition que je ne l’ai fait l’année dernière. » Bruno Genesio a été clair lundi sur ses intentions, au moment d’attaquer la Coupe de la Ligue en 8es de finale, avec un déplacement à Amiens, ce mercredi (18h45). L’entraîneur lyonnais sait qu’en seulement trois étapes bien négociées, son groupe participerait à la finale de la compétition à Lille.

Une perspective de titre précieuse pour un club ne pouvant viser cette saison comme sacres que les deux coupes nationales. « C’est vrai que les premiers matchs sont parfois peu excitants, reconnaît Bruno Genesio. Mais quand vous la gagnez, ça reste un titre et de belles émotions. »

« Je rêve de me gaver de titres comme mes aînés des années 2000 »

Un sentiment partagé par les supporters lyonnais, qui s’impatientent de voir se remplir une vitrine à trophées sans nouveauté depuis la Coupe de France 2012. OK, honte à nous de zapper la mythique Eusebio Cup l’été dernier ! « Je rêve de me gaver de titres comme mes aînés des années 2000 », pointe Josselin (15 ans), qui n’a pas pu vibrer devant la génération Juninho à Gerland.

« Ça me rend fou qu’on snobe la Coupe de la Ligue à chaque fois, regrette Sébastien, un habitué du virage nord. On ne perd pas contre le PSG mais face à Caen, Guingamp et compagnie. Les deux coupes devraient être des priorités absolues. »

« On a alors pris conscience qu’on pouvait gagner des titres »

Et ce pour une raison non négligeable en particulier : « Cela apportera de la confiance et de l’ambition au club, comme cela avait pu être le cas après la Coupe de la Ligue 2001 », se souvient David (43 ans). A l’époque, il fallait remonter à un sacre de champion de France de D2 en 1989 pour trouver trace d’une ligne dans le palmarès lyonnais.

« Même s’il s’agissait du titre le moins prestigieux, la victoire de 2001 [2-1 contre Monaco] a concrétisé l’élan insufflé à Lyon, se souvient Jean-Marc Chanelet, latéral droit de cette équipe. On a alors pris conscience qu’on pouvait gagner des titres. » Et pas qu’un peu, avec sept Ligue 1 consécutives et une Coupe de France entre 2002 et 2008.

Deux échecs de rang dès les 8es de finale de l’épreuve

Un phénomène vécu par l'OM en 2010, avec une Coupe de la Ligue pour se débloquer fin mars (premier titre depuis celui de champion de D2 en 1995) et la Ligue 1 arrachée un gros mois plus tard. Deux autres Coupes de la Ligue avec Didier Deschamps s’enchaînent en 2011 et 2012.

« C’est la preuve que ce n’est pas une compétition à négliger », insiste Jean-Marc Chanelet. A Amiens, les Lyonnais vont donc tenter de faire oublier les deux dernières piteuses éliminations dès les 8es de finale, contre Guingamp (2-2, 3-4 aux tirs au but) en 2016 puis Montpellier (4-1) en 2017. Et ce même si Anthony Lopes, Marcelo, Houssem Aouar et Nabil Fekir ont tous été mis au repos dans un groupe très rajeuni.