OL-Hoffenheim: «Son match est scandaleux»… Memphis Depay plus clivant que jamais auprès des supporters lyonnais

FOOTBALL Accompagné par les sifflets d'une grande partie du Parc OL lors de son remplacement, Memphis Depay est passé à côté du décevant nul (2-2) concédé mercredi contre Hoffenheim en Ligue des champions...

Jérémy Laugier

— 

Memphis Depay, ici en un contre un face au capitaine d'Hoffenheim Kevin Vogt, a gaspillé plusieurs munitions mercredi soir.
Memphis Depay, ici en un contre un face au capitaine d'Hoffenheim Kevin Vogt, a gaspillé plusieurs munitions mercredi soir. — Laurent Cipriani/AP/SIPA
  • En concluant mal plusieurs contres, Memphis Depay a symbolisé l’incapacité des Lyonnais à se mettre définitivement à l’abri contre Hoffenheim (de 2-0 à 2-2) en Ligue des champions.
  • Adoré par de nombreux supporters… mais copieusement sifflé mercredi par le Parc OL, l’attaquant néerlandais est décidément clivant.
  • Sur RMC Sport, Christophe Dugarry a notamment qualifié son match de « scandaleux ».

Difficile de trouver un moment plus symbolique que cette 87e minute de jeu, mercredi contre Hoffenheim (2-2), pour percevoir la fragilité de la cote de popularité de Memphis Depay auprès des supporters lyonnais. De puissants sifflets ont accompagné sa sortie du terrain, au moment d’être remplacé par Bertrand Traoré. Mais les virages ont été bien plus indulgents à l’égard de l’attaquant néerlandais, avec carrément des applaudissements et des « Memphis, Memphis » du côté des Bad Gones.

Plus que jamais, à Lyon, on adore ou on déteste Memphis Depay. Encore précieux dans la construction d’un jeu offensif lyonnais plein de promesses en première période, celui-ci a par contre rendu fou ses détracteurs à chacune de ses conclusions d’actions dans la surface allemande. Avec en point d’orgue cette contre-attaque de la 81e minute, lorsque, bien servi par Moussa Dembélé, l’ancien de Manchester United a eu une balle en or de 3-1, et quasiment de 8e de finale de Ligue des champions.

Une figure intouchable après ses 10 buts dans le sprint final en L1 ?

Mais étonnamment pataud sur le coup, il n’a pas effectué de feinte ou de crochet pour expédier une frappe sans grande conviction sur le seul défenseur présent devant le but d’Oliver Baumann. Vous l’aurez compris, Memphis Depay a tout fait à l’envers dans le dernier geste mercredi, ce qui n’est pas une habitude pour lui dans les grands matchs.

C’est l’argument majeur des pro-Memphis : en cumulant 10 buts et 6 passes décisives lors des 9 dernières journées de Ligue 1 la saison passée, dont un triplé mémorable lors de l’ultime succès arraché contre Nice (3-2), il a été l’homme clé pour valider le billet de l’OL pour la Ligue des champions. De quoi en faire une figure intouchable, malgré un début de saison plus mitigé, y compris sur le plan statistique (3 buts et 2 passes décisives en L1) ?

« Il est nonchalant, suffisant, il joue pour lui »

Sa fameuse sortie médiatique après Angers (1-2) et le recadrage qui a suivi de la part de Bruno Genesio semblent n’avoir été profitables ni au joueur, ni à l’OL, à en croire ses deux dernières sorties manquées. Interrogé sur son fantasque attaquant, l’entraîneur lyonnais a préféré botter en touche mercredi : « Je n’ai pas l’habitude de parler des joueurs individuellement après les matchs. On n’arrive pas à convertir les occasions que l’on se crée. On doit être plus tueur offensivement. »

Un reproche qui concerne évidemment en partie la prestation médiocre de Memphis Depay. Lorsqu’on se souvient des sifflets subis la saison passée par Myziane Maolida, on peut constater que le public lyonnais n’est pas des plus patients avec les joueurs navigant entre insouciance, confiance en soi et une forme de nonchalance. Consultant pour RMC Sport, Christophe Dugarry a d’ailleurs dézingué cette caractéristique de l’international néerlandais mercredi soir.

« Sincèrement, le match de Depay est scandaleux. Il a les occasions pour finir et il est nonchalant, suffisant, il joue pour lui. Je trouve ça inadmissible. »

Dans ce contexte de défiance comme il ne l’a encore jamais vécu (à ce point en tout cas) depuis son arrivée à Lyon en janvier 2017, on a hâte de voir Memphis célébrer son prochain but en mode « Dieu et moi contre le monde entier ». Tiens tiens, le prochain rendez-vous au Parc OL (le 23 novembre) sera le derby…