VIDEO. OL: Entre «animalité» et «arrogance», Memphis Depay n'est-il pas plus qu'un joueur accro aux buts d'anthologie?

FOOTBALL Un an après avoir inscrit son premier but d’exception sous le maillot lyonnais en lobant Alban Lafont du milieu du terrain, Memphis Depay retrouvera Toulouse ce dimanche (21 heures) au Parc OL…

Jérémy Laugier

— 

Memphis Depay s'est notamment distingué cette saison en inscrivant le but de la victoire (2-1) contre le PSG le 21 janvier.
Memphis Depay s'est notamment distingué cette saison en inscrivant le but de la victoire (2-1) contre le PSG le 21 janvier. — JEFF PACHOUD / AFP
  • Après 14 mois à Lyon et malgré 18 buts et 18 passes décisives au total, Memphis Depay est loin de faire l’unanimité.
  • Finalement, son principal problème ne serait-il pas sa quête de buts impensables, à l’image de celui inscrit au Toulousain Alban Lafont il y a un an, ou plus récemment contre le PSG et Villarreal ?
  • Qu’il soit titulaire ou « supersub », Memphis Depay aura un rôle majeur en retrouvant le TFC ce dimanche (21 heures).

« J’ai marqué le but de ma vie. » En trompant le gardien toulousain Alban Lafont d’un hallucinant lob du milieu du terrain, en mars 2017 (4-0), Memphis Depay avait signé son premier coup d’éclat majeur à l’OL. Au moment de retrouver le TFC ce dimanche (21 heures), la recrue phare du mercato hivernal 2017 (16 millions d’euros + 9 millions de bonus) en a enchaîné un paquet d’autres.

>> A lire aussi : OL-Toulouse: «J’ai marqué le but de ma vie»… Comment Memphis Depay a vécu son incroyable lob du milieu du terrain

Entre l’ouverture du score dans le derby (0-5), la tête de la gagne (avec en prime l’arcade en sang) lors du sommet de la dernière journée de Ligue 1 à Marseille (2-3) et surtout deux frappes surpuissantes et clutch à souhait contre le PSG (2-1) et Villarreal (3-1), l'ailier gauche souvent supersub de 24 ans ne peut pas être taxé de se planquer dans les grands rendez-vous. Encore moins de collectionner les réalisations de raccroc depuis 14 mois dans le Rhône.

Un « diamant brut » capable d’agacer coéquipiers et supporters

« Memphis était déjà un peu comme ça dans sa période néerlandaise, confie Jean-Paul Rison, journaliste pour Eurosport en Hollande. J’ai souvenir d’un tour préliminaire de Ligue des champions contre Zulte Waregem (2-0) en juillet 2013. Pendant une heure, il a agacé ses coéquipiers et les supporters en tentant sa chance tout seul dans des angles impossibles. Puis il a inscrit un but sublime de plus de 30 mètres [à 3 minutes sur la vidéo ci-dessous] et l’a célébré sans plus, style c’était tout à fait normal pour lui. »

>> A lire aussi : VIDEO. OL-Villarreal: A la fois génial et irritant, Memphis Depay «fait frémir» Jean-Michel Aulas

Toujours perçu comme « un diamant brut », celui qui a marqué avec sa sélection lundi contre le Portugal (3-0) surfe sur un bilan avec l’OL considéré comme plus que probant dans son pays, pour une raison simple que détaille Jean-Paul Rison.

Aux Pays-Bas, le grand public estime qu’il est très performant avec Lyon car seuls ses buts contre le PSG et Marseille ont atteint les journaux et télévisions. Comme on se dit entre journalistes, Memphis joue toujours comme s’il essayait de se créer une nouvelle compilation de top buts sur YouTube. »

Le Dominique Wilkins du foot moderne, « l’animalité » en plus

Memphis Depay est ainsi : il se nourrit de sa quête de highlight, à l’image de ses numéros de dribbles lunaires contre Villarreal en Ligue Europa. Comme la star NBA Dominique Wilkins dans les Nineties, il pourrait parfaitement être surnommé Human Highlight Film, et ce dans un sport où ce profil détonne encore davantage.

>> A lire aussi : OL: Quelle trace a laissé Memphis Depay auprès des supporters de Manchester United?

« Je n’ai pas l’impression que Memphis calcule le fait d’être extravagant ou de spécialement inscrire des beaux buts, nuance Kévin Diaz, ancien joueur de D2 néerlandaise et désormais consultant pour Canal +. Il est un peu dans la catégorie des Zlatan et Balotelli, il a vraiment cette animalité en lui, à l’image de son énorme tatouage de lion dans le dos. Dans son esprit, penser à tenter sa chance du milieu de terrain est juste naturel. »

Une carrière à la Ben Arfa ou à la Cristiano Ronaldo ?

S’il a récemment rappelé sur Canal + qu’il avait « les qualités pour devenir le meilleur joueur du monde », cet individualiste parfois exaspérant est encore très loin du compte malgré son bilan statistique intéressant (18 buts et 18 passes décisives en 61 matchs au total avec l’OL depuis son arrivée). Ancien défenseur international néerlandais passé par l’AS Cannes et le Losc (de 1991 à 1999), Adick Koot résume à sa manière l’évolution de l’ancien prodige du Mondial 2014.

Je suis plutôt agréablement surpris par son passage à Lyon. Mais j’ai vu cette interview et c’est quand même magnifique qu’il ait cette ambition. Il place la barre très haut avec une arrogance assez ''ronaldéenne''. Cristiano Ronaldo aussi a beaucoup irrité les gens avant de confirmer son talent. La vraie question pour Memphis, c’est de savoir s’il va devenir un Ben Arfa ou un Ronaldo. Il est à un stade de sa carrière où il va basculer d’un côté ou de l’autre. »

En clair, il est sans doute temps pour Memphis Depay de laisser une véritable trace à cet OL sans trophée depuis 2012 et en passe de manquer la Ligue des champions pour la deuxième saison consécutive. Et non d’ambitionner soulever chaque printemps le trophée UNFP du plus beau but de Ligue 1 en portant une veste à la Michael Jackson.