OL: Pourquoi Myziane Maolida est-il pris en grippe par une partie des supporters lyonnais?

FOOTBALL L’attaquant de 19 ans formé à l'OL a été sifflé pour la deuxième fois en moins d'un mois par une partie du Parc OL, dimanche contre Toulouse (2-0)...

Jérémy Laugier

— 

Entré en jeu après la blessure de Maxwel Cornet, Myziane Maolida s'est montré décevant dimanche contre Toulouse (2-0).
Entré en jeu après la blessure de Maxwel Cornet, Myziane Maolida s'est montré décevant dimanche contre Toulouse (2-0). — Laurent Cipriani/AP/SIPA
  • A 19 ans, Myziane Maolida est l’un des jeunes les plus utilisés par Bruno Genesio cette saison.
  • A l’image de son entrée en jeu dimanche contre Toulouse et des réactions de nombreux supporters, le jeune attaquant n’est pas encore parvenu à se lâcher en Ligue 1 avec son club formateur.

A 19 ans, Myziane Maolida ne s’attendait certainement pas à avoir autant sa chance avec le groupe professionnel cette saison. Auteur de 3 buts en 21 apparitions, toutes compétitions confondues, le prometteur attaquant devrait être en plein rêve avec son club formateur. Mais sifflé par une partie du Parc OL lors de ses deux dernières apparitions en Ligue 1, il est très loin de faire autant l’unanimité qu’ Houssem Aouar.

Comment un nouveau symbole de cette fameuse académie lyonnaise, dont sont tant fiers les supporters, peut-il être aussi vite pris en grippe ? « Il fait partie de ces joueurs qui peuvent agacer car ils ont un côté lymphatique, estime Stéphane Roche, ancien directeur du centre de formation. On aimerait parfois qu’il ait plus de tranchant mais c’est son style. Il va presque toujours au même rythme, ce qui ne l’empêche pas d’éliminer ses adversaires. Et que ce soit en U19 ou en National 2, il a marqué des buts décisifs. »

« Dès son arrivée en U16, son jeu défensif était un gros frein à gommer »

Malheureusement pour lui, Myziane Maolida a manqué une balle de qualification pour les quarts de finale de Ligue Europa, au bout du fiasco face au CSKA Moscou (2-3) le 15 mars. Quatre jours plus tôt, le numéro 17 lyonnais avait mystérieusement été hué à son remplacement après 65 minutes intéressantes contre Caen (1-0). A l’image de dribbles manqués et d’un pressing parfois insuffisant, ce qui lui a valu un vif recadrage de Bruno Genesio, il a par contre été en difficulté dimanche face à Toulouse (2-0).

« Dès son arrivée chez nous en U16, il a fallu le faire évoluer dans son jeu défensif, qui était un gros frein à gommer, indique Stéphane Roche. Il a fait beaucoup de progrès mais il peut donner l’impression de manquer de détermination. » Il lui en faudra davantage pour profiter de la blessure musculaire de Maxwel Cornet et jouer un rôle clé dans la quête de podium de l’OL en Ligue 1.

« Il a du Anthony Martial en lui »

Avec une inconnue : comment un espoir de 19 ans perçoit-il les sifflets de ses propres supporters ? « Myziane n’est pas le genre de mec à douter, indique un joueur l’ayant côtoyé à l’OL. Je suis certain qu’il ne calcule même pas ces sifflets. Il va en surprendre plus d’un car il a du Anthony Martial en lui, sur le talent incroyable et sur ce même côté en dilettante. »

Un talent qui a notamment sauté aux yeux avec les pros lors d’un match de présaison en juillet dernier au Celtic Glasgow (0-4), avec un sacré slalom victorieux à la clé. Un petit numéro qui semble déjà loin au vu de son actuel manque d’inspiration. « Cette période et ces sifflets font partie d’un parcours, conclut Stéphane Roche. Myziane va devoir passer ce cap du dernier geste. » Sans quoi il ne parviendra pas à retourner cet exigeant public du Parc OL.