FC Nantes: Mais pourquoi le FCN est aussi peu actif sur le marché des transferts?

FOOTBALL A un peu moins d’une semaine de la fin du mercato, aucune recrue n’est pour l’heure arrivée…

David Phelippeau

— 

Waldemar Kita avec son coach Claudio Ranieri.
Waldemar Kita avec son coach Claudio Ranieri. — LOIC VENANCE / AFP
  • Mercredi 31 janvier, le mercato hivernal fermera ses portes.
  • Claudio Ranieri semble ne pas vouloir à tout prix se renforcer durant le mercato… sauf si une vraie plus-value se présente à lui.

Il leur reste à peine 8 jours. Mercredi prochain, à minuit, le mercato va fermer ses portes. Et pour l’heure, aucune recrue n’a rallié la Jonelière. On se croirait revenu quatre ans en arrière quand le FCN… était interdit de recrutement en raison de l’ affaire Bangoura (2014). Toujours prompt à investir dans des éléments extérieurs, le président Kita fait preuve d’une étonnante passivité pour le moment sur ce mercato d’hiver.

>> A lire aussi : Et si le secret d'un bon début de saison du FCN tenait à la stabilité de l'effectif?

Pourquoi une telle inertie ? En interne, il se murmure que le président Kita trépigne car il se verrait bien prendre au moins un joueur offensif. Un souhait présidentiel renforcé par les trois défaites subies à la Beaujoire en dix jours par les Canaris. Mais, WK ne devrait pas aller (sauf retournement de situation) à l’encontre de la volonté de son entraîneur Claudio Ranieri. Pour au moins deux raisons ?

>> A lire aussi : Pourquoi les Canaris sont clairement dans le dur

Première raison. Sauf opportunité d’enrôler une vraie plus-value, Claudio Ranieri ne souhaite pas modifier (ou perturber) un groupe qui lui a donné entière satisfaction sur les cinq premiers mois. « Prendre pour prendre, ce n’est pas bon, a-t-il une nouvelle fois, martelé, ce jeudi en conférence de presse. Pour le moment, je suis content comme ça. Si c’est pour recruter quelqu’un et après se rendre compte qu’il n’est pas bon pour nous, ça ne sert à rien. Ce n’est pas un problème pour moi de continuer avec ce groupe. » L’Italien, qui va récupérer au moins deux éléments dans les semaines à venir ( Kayembe et Coulibaly), ne se fait aucune illusion sur la pertinence du mercato de janvier. « J’ai proposé [des noms], mais c’est très difficile d’avoir des très bons joueurs prêts tout de suite, poursuit Ranieri. Si le président [Kita] connaît quelqu’un de bon pour nous, pourquoi pas. »

Le Parisien Lucas plaisait aux deux hommes. Le FCN était d’accord avec le PSG (pour un prêt jusqu’en fin de saison) et l’agent de l’ailier brésilien, mais Lucas n’a jamais vraiment « calculé » le club nantais.

>> A lire aussi : Waldemar Kita insiste pour l'ailier droit du PSG Lucas Moura

Seconde raison.  Claudio Ranieri ne veut pas revivre l’expérience de l’été dernier. Le technicien italien avait validé la venue de joueurs, à contrecœur. Voilà ce qu’il disait début septembre 2017 : « Je voulais certains joueurs qui ont dit non. Puis d’autres encore ont dit non, donc à la fin j’ai dit oui à tout le monde [sous-entendu, aux joueurs proposés par Kita]. »

>> A lire aussi : Qui sont les deux hommes de l'ombre qui ont «fait» le mercato cet été du FCN?

Il y a quelques semaines, il aurait même expliqué très clairement au président Kita qu’il n’accepterait aucun joueur de son réseau (estival) d’agents pour le mercato hivernal tant certaines recrues (dont elles étaient issues) l’avaient déçu… On pense ainsi à :

  • Coulibaly (4 matchs, aucun but), arrivé blessé et opéré des adducteurs en fin d’année
  • El Ghanassy (19 matchs, 3 titularisations, aucun but, aucune passe décisive)
  • Krhin (8 matchs, 6 titularisations, 1 but)
  • à un degré moindre, Girotto (17 matchs, 11 titularisations, 1 but)

Ranieri aurait ainsi signifié à son patron qu’en cas de recrutement, il voulait travailler avec son propre réseau… Un désir du coach qui n’aurait pas plu au président et qui est surtout plutôt contraire à ses habitudes.

En attendant, un nouveau revers à Guingamp, samedi, pourrait-il faire changer d’avis Claudio Ranieri et l’inciter à exhorter son président à trouver en quelques jours une perle rare (offensive) ? Ce n’est pas la tendance aujourd’hui, mais en matière de mercato, la vérité d’un jour n’est jamais celle du lendemain. Surtout avec le président Kita.

>> A lire aussi : FC Nantes-Auxerre: Ranieri incite ses joueurs à «retrouver l'humilité du début de saison»