FC Nantes: Et si le secret d'un bon début de saison tenait à la stabilité de l'effectif?

FOOTBALL L’interdiction de recrutement est peut-être par ricochet la raison du bon début de saison du FCN…

David Phelippeau

— 

Nkoudou et Bammou ne joueraient peut-être pas en ce moment si le FCN avait pu recruter cet été...
Nkoudou et Bammou ne joueraient peut-être pas en ce moment si le FCN avait pu recruter cet été... — SIPA / Ouest Médias / Pierre Minier

La remarque a été entendue à la mi-temps de Guingamp-Nantes et émane d’un confrère breton: «Ça fait bien longtemps que je n’avais pas vu Nantes jouer aussi bien, la stabilité de l’effectif est sans doute une des raisons...» 

Interdit de recrutement pendant un an (jusqu’en juin prochain) en raison de l’affaire Bangoura, le FC Nantes n’a quasiment pas bougé d’un iota son effectif cet été. Djordjevic et Pancrate sont partis, Hansen (recruté en janvier dernier) est arrivé. Pour beaucoup d’observateurs, les conséquences de cette impossibilité de recruter pourraient bien être la raison du bon départ des Canaris en L1 (5es)... 

L'éloge de la stabilité

«Forcément, quand tu sais que tu ne peux pas recruter, tu te serres les coudes, explique l’ancien joueur Olivier Quint. L’avantage aussi c’est que tout le monde se connaît déjà bien. La stabilité de l’effectif est une force.» L’ex-entraîneur de Carquefou Denis Renaud embraie: «Les joueurs se connaissent bien, il n’y a aucun problème de cohésion. Fatalement aussi, le fait de ne pas pouvoir recruter a enlevé de la pression au staff et aux joueurs...»

La jeunesse au pouvoir, le parallèle avec le début des années 90 au FCN

Mais, il y a surtout une conséquence entrevue à Guingamp qui donne un nouvel élan au club à l’heure actuelle. Dimanche, à Roudourou, en deuxième période, il y avait trois joueurs formés au FCN et trois qui ont réalisé leur post-formation à la Jonelière: soit plus de la moitié de l’équipe. «Il y a vraiment un parallèle à faire avec ce qu’il s’est passé au début des années 90», estime Renaud. En proie à de grosses difficultés financières, le FCN avait décidé de faire confiance aux jeunes joueurs formés à la Jonelière. Quatre ans plus tard, Nantes remportait le titre de champion de France... «La jeunesse a pris le pouvoir car on leur a donné la possibilité de jouer», poursuit Quint. Pour preuve, l’éclosion inattendue de Bammou ou Nkoudou. 

Bammou jouerait-il si Nantes avait pu recruter?

«L’interdiction de recruter a engendré une obligation de faire confiance à des jeunes sur lesquels tu ne comptais pas vraiment au départ, corrobore Denis Renaud. Yacine Bammou serait-il titulaire en ce moment devant si Nantes avait pu recruter? Il aurait même peut-être été à nouveau prêté à un club de National. Comme quoi la carrière d’un joueur, ça se joue à peu de choses...» Un jour, Bammou ou Nkoudou pourront peut-être remercier chaleureusement Bangoura.