Coupe du monde 2018: Titi Henry est le «morceau du puzzle qui manquait» à la Belgique pour devenir grande

FOOTBALL Le sélectionneur Roberto Martinez a eu des mots forts pour décrire le rôle du Français auprès de ses joueurs, ces deux dernières années...

N.C.

— 

Thierry Henry et Romelu Lukaku à l'entraînement de la Belgique, avant la demi-finale contre la France, le 9 juillet 2018.
Thierry Henry et Romelu Lukaku à l'entraînement de la Belgique, avant la demi-finale contre la France, le 9 juillet 2018. — Alexander Zemlianichenko/AP/SIPA

De notre envoyé spécial à Saint-Pétersbourg,

On en a déjà parlé, Thierry Henry sera au cœur de l’affrontement entre la France et la Belgique, mardi. Cette demi-finale de Coupe du monde sera un moment à part pour lui, un des meilleurs attaquants de l’histoire des Bleus, et désormais entraîneur adjoint chez nos voisins. S’il y avait besoin d’une confirmation, ces derniers ont rappelé à quel point ils étaient heureux de l’avoir avec eux, lundi, à la veille de ce grand match.

Ce qu’en dit le sélectionneur Roberto Martinez est éloquent :

Ces deux dernières années, il a apporté quelque chose de très fort. C’est beaucoup plus clair pour les joueurs, maintenant. Avant, on n’avait pas l’expérience internationale, on ne savait pas comment gagner une Coupe du monde, comment appréhender les choses au mieux pour réaliser des performances devant les yeux du monde. Thierry apporte son calme et cette pensée d’élite qu’on n’avait pas. C’est le morceau du puzzle qui manquait dans notre équipe. »

Honnêtement, on s’attendait à ce qu’il salue son travail et tout, mais qu’il soit aussi précis, ça non. Henry serait celui qui aurait permis à cette génération de joueurs très talentueux, qui progresse ensemble depuis sept-huit ans maintenant, à passer ce dernier cap vers les grands succès. Et tant pis si pour cette fois, il faut passer sur le corps de son pays pour aller au bout.

Interrogé sur le comportement du meilleur buteur des Bleus depuis mardi soir, Kevin De Bruyne a fait celui qui ne savait pas. « Il n’en a pas trop parlé, a dit le milieu de terrain. Il chantera peut-être la Marseillaise, moi je trouverai ça normal en tout cas. Ça sera sûrement un peu difficile pour lui, mais il travaille pour nous, c’est ça son boulot maintenant, et il voudra qu’on gagne. C’est le foot. » Et c'est bizarre, parfois.