Coupe du monde 2018: «Je n'ai pas été surpris de sortir», Tolisso fait son autocritique après ses débuts ratés

FOOTBALL En difficultés face à l'Australie, le milieu de terrain est sorti de l'équipe pour le second match, et il a trouvé ça logique...

N.C.

— 

Corentin Tolisso lors de France-Australie en Coupe du monde, le 16 juin 2018 à Kazan.
Corentin Tolisso lors de France-Australie en Coupe du monde, le 16 juin 2018 à Kazan. — David Vincent/AP/SIPA

De notre envoyé spécial à Istra,

Dans le genre autocritique, Corentin Tolisso ne s’est pas caché, dimanche matin. Venu en conférence de presse avant Paul Pogba, le milieu de terrain de l'équipe de France a bien conscience de s’être raté lors du premier match contre l’Australie, alors que Didier Deschamps lui avait fait une place dans le onze après des apparitions remarquées toute la saison et pendant les matchs de préparation.

« Je ne sais pas ce qu’il s’est passé, c’était mon premier match de Coupe du monde, je l’ai peut-être mal abordé, ma préparation n’était peut-être pas bonne, a-t-il avancé. J’ai revu le match, j’ai remarqué que techniquement ça n’a pas été. J’avais beaucoup d’envie, pas je n’ai pas réussi à être au niveau technique de mes précédents matchs. »

Il n’a pas été le seul, mais du coup, il a perdu sa place face au Pérou. Et il n’a rien trouvé à y redire. « Je n’ai pas été surpris de sortir, a-t-il dit avec honnêteté. J’ai vu ma performance contre l’Australie, j’ai vu aussi l’entrée de Blaise, ce qu’il a apporté. C’était logique qu’il joue. Si ça avait été l’inverse, j’aurais espéré jouer. »

« Jouer libéré, comme lors des matchs de préparation »

Et face au Pérou, ça s’est plutôt bien passé pour ceux qui étaient sur le terrain. La sensation d’avoir laissé passer sa chance doit faire cogiter, non ? « Ah, on se dit beaucoup de choses, a répondu le joueur du Bayern. C’est vrai que le deuxième a été mieux, surtout défensivement​ avec un bloc compact et des courses coordonnées. Il reste un troisième match, j’espère le jouer. »

Et en profiter pour regagner sa place ? « Je ne perds pas espoir, bien sûr que j’ai envie de jouer. Si j’ai une autre chance, il faudra montrer qu’on peut me faire confiance, mais surtout jouer libéré, comme lors des matchs de préparation. C’est le plus important ».