Coupe du monde 2018: Ils ont souffert? Peut-être, mais les Bleus ont vraiment kiffé passer comme ça

FOOTBALL Les joueurs de l'équipe de France sont heureux de ce qu'ils ont montré pendant la seconde période très compliquée face au Pérou...

Nicolas Camus

— 

La joie des Français après avoir battu le Pérou et s'être qualifiés pour les 8e de finale de la Coupe du monde, le 21 juin 2018.
La joie des Français après avoir battu le Pérou et s'être qualifiés pour les 8e de finale de la Coupe du monde, le 21 juin 2018. — JORGE GUERRERO / AFP

De notre envoyé spécial à Iekaterinbourg,

On l’a trouvée poussive, eux rassurante sur bien des aspects. La seconde période face au Pérou, pendant laquelle les Bleus n’ont pas vu la balle, passerait presque pour une fierté à écouter les Bleus. Bien sûr, ils auraient aimé « perdre moins vite le ballon » et « mieux l’utiliser », mais ils ont défendu tous ensemble, et ça leur a fait un bien fou, après les difficultés rencontrées contre l’Australie.

« On a été efficaces et solides pour tenir jusqu’au bout ce résultat qui nous offre la qualification. C’est une grosse satisfaction », résume Deschamps. « On a été très bons dans les duels, on est restés calmes et lucides dans les moments clés du match. On n’a pas souffert, on était dans la maîtrise, nuance Lloris, qui a tout de même vu avec bonheur la mine d’Aquino taper son poteau. Tout ça en fait un match d’un niveau bien supérieur. »

Tous ceux à qui on a parlé en zone mixte ont tenu ce discours, avec du « bloc compact » et du « dos rond » dedans. Il faut dire que c’était le principal manque qui était ressorti du premier match. Les Bleus avaient mal communiqué, pas pressés en même temps, laissé de grands espaces entre leurs lignes. Bref, c’était parti dans tous les sens. Là, ils ont eu la sensation de faire corps.

« On parle, on parle, mais on est dans le positif »

« J’apprécie vraiment cette victoire 1-0, elle montre qu’on sait tenir un résultat, appuie Giroud. On a montré une vraie cohésion d’équipe et on a pris du plaisir à défendre ensemble. » On n’oublie pas non plus la première période, pendant laquelle les Bleus se sont montrés consistent. « On a été plus beaux à voir en première mi-temps, c’est sûr, sait DD. On a réussi à faire pas mal d’enchaînements. » On pense notamment à ces deux actions collectives de classe, dont la deuxième aurait pu permettre à Hernandez de marquer. Le choix de revenir au 4-4-2 et de remettre Giroud a aussi porté ses fruits. Evidemment. 

Qualifiée ce matin pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde, l’équipe de France a maintenant de quoi voir venir un peu. « On parle, on parle, mais on est dans le positif, il ne faut pas l’oublier », assène Pogba. Le jeu, pas encore tout à fait, mais la confiance, elle, est bien là.