Coupe du monde 2018: Turpin star en Egypte et suicide vocal d'Omar Da Fonseca, nos prédictions les plus folles pour le Mondial en Russie

FOOTBALL 90% de chances de se tromper, mais les 10% restants valent le détour...

N.C et J.L

— 

Clément Turpin peut déjà se préparer à sa seconde vie en Egypte.
Clément Turpin peut déjà se préparer à sa seconde vie en Egypte. — CHARLY TRIBALLEAU / AFP
  • La Coupe du monde, c'est parti.
  • Pour lancer l'affaire, on vous propose tous nos paris sur la compétition.
  • Ne prenez pas tout au sérieux, hein.

De nos envoyés spéciaux en Russie,

Le meilleur moment de l’amour, c’est quand on monte les escaliers, disait Clémenceau. Un aphorisme qui marche pour tout : le meilleur moment de la Coupe du monde, c’est quand elle n’a pas encore commencé et qu’on peut tout imaginer. L’imagination n’étant pas ce qui manque le plus au service des sports de 20 Minutes, nous avons le plaisir de vous présenter nos prophéties les plus foireuses pour cet été. Avec un peu de chance, il y en aura quelques-unes de vraies.

Les équipes qu'on va retrouver au bout

Désolé, on ne va pas révolutionner l’histoire du foot dans cette partie. Championne du monde en titre, seulement embêtée par la France ces quatre dernières années, l’Allemagne est bien la tête de série numéro 1 de la compétition. On attend d’en savoir un peu plus sur l’état de forme de Neuer, qui revient tout juste après 8 mois au garage, mais elle fait toujours bien flipper quand même. On va bien sûr rajouter l’Espagne, malgré le foutoir provoqué par le départ de Lopetegui pour le Real Madrid. Guidée pour la dernière fois par maître Iniesta, et ce roublard de Sergio Ramos, la Roja reste une valeur sûre du foot mondial. Et puis le Brésil, qui prie pour que le pied de Neymar tienne la route un mois. Comme le mental de Thiago Silva. La dernière fois que le défenseur du PSG a mis un pied en Russie pour un long séjour, ça s’est terminé en rapatriement sanitaire.

Mesut Ozil lors de la finale de la coupe du monde Allemagne-Argentine, le 13 juillet 2014.
Mesut Ozil lors de la finale de la coupe du monde Allemagne-Argentine, le 13 juillet 2014. - Ben Queenborough/BPI/RE/REX/SIPA

Le parcours de la France dans tout ça

Les Bleus font partie d’un deuxième sac, celui des gros potentiels mais à qui il manquera (sûrement) quelque chose. Quelque part entre l’Argentine, la Belgique et la Croatie, quoi. Nos petits Bleus sont bourrés de talent et de bonnes intentions mais on ne peut pas savoir encore ce que ça donnera sur les matchs au couteau à partir des 8e de finale, où ça va commencer très fort contre la Croatie. Ça peut passer, en tout cas on y croit. Si ce n’est pas le cas, on se rattrapera en 2022 avec Zizou à la barre, pas d’inquiétude.

L’ambiance en Russie

Un peu bizarre - ça reste la Russie - mais il ne devrait pas y avoir trop de casse. Les Russes préfèrent agir quand ça ne se voit pas trop. Pour cette Coupe du monde, les services de Vladimir ont bien fait comprendre aux énergumènes les plus notables qu’ils feraient bien de rester tranquillement chez eux pendant un mois. Pour le reste, faudra seulement éviter de faire trop de zèle. « Il faut juste que les touristes ne cherchent pas les ennuis », avait fait savoir en début d’année Alexander Shprygin, le chef des supporters russes. Bon bah ça va alors. Et doucement sur la Vodka.

Le leader du groupe des supporters russes Alexandre Chpryguine, à Moscou le 18 juin 2016 après son expulsion de France
Le leader du groupe des supporters russes Alexandre Chpryguine, à Moscou le 18 juin 2016 après son expulsion de France - VASILY MAXIMOV AFP

La star qui va passer au travers

Falcao a bien la tête de l’emploi. Ça fait des mois que Radamel joue en marchant avec Monaco, quand il ne déclare pas forfait pour un début de contracture à l’ongle du petit doigt. A 32 ans, le Colombien ne voulait pas passer à côté de sa dernière occasion de disputer une Coupe du monde, après avoir dû renoncer au Brésil sur blessure. Mais même si on l’adore, le Tigre commence à faire son âge. Après avoir vendangé comme un sagouin en ouverture contre le Japon, il va se faire tordre par un défenseur polonais, lors du deuxième match. Pas de troisième match, pas de but, pas de qualif’, pas de palais… Son but au Stade de France en mars était en fait son dernier en sélection.

Le joueur qui sera transféré 80M€ au Real fin juillet (jurisprudence James)

Kwon Chang-Hoon. Oui, vous avez bien lu. Le milieu offensif de Dijon, après une saison aboutie en Ligue 1 (11 buts), va rouler sur le Mexique et la Suède cet été et qualifier la Corée du Sud pour les 8es de finale. Le Brésil sera un peu trop fort pour son équipe, mais lui surnagera avec une jolie mine du pied gauche dans la lulu. Il y gagnera un surnom - Kwoninho -, un transfert au Real - Florentino, pas remis du coup de Zizou, fait n’importe quoi - et une statue en marbre sur la place de la Libération à Dijon.

La nouvelle star du Real Madrid nous vient de Dijon.
La nouvelle star du Real Madrid nous vient de Dijon. - EFE AGENCIA/SIPA

La chanson qui va nous rester dans la tête

Cette fois, pas d’Irlandais pour nous offrir un revival Gala (« Grigg’s on fire », « Free from Desire », tout ça tout ça) pendant un mois. On n’est pas sûrs sûrs de nous, mais on parierait bien sur la chanson traditionnelle qui accompagne le Costa Rica au Mondial, Lo Daremos Todo, revisitée pour l’occasion en une sorte de reggaeton. C’est pas très bon, mais ça donne envie de travailler son déhanché en buvant un cocktail avec parasol. Inconvénient, faut maîtriser la jota, sinon on est vite ridicule.

Les supporters qui vont mettre le feu

Cette fois, pas d’Irlandais pour nous offrir… oh ça va on a compris. Ce Mondial sera celui des Péruviens. On ne sait pas exactement combien ils seront, mais 100.000 demandes de places sont arrivées du petit pays d’Amérique du sud, ce qui est assez gigantesque. Ils débarquent gonflés à bloc. Premier Mondial depuis 1982, leur vedette Paolo Guerrero finalement autorisée à jouer dans la liesse populaire… ça va ambiancer la Russie pendant deux semaines - oui, après les poules il faudra penser à rentrer par contre.

Le match du premier tour qui va rester

Nigeria-Argentine. Comme d’habitude, vous nous direz… Oui, mais on n’y peut rien si on prend une claque à chaque fois que ces deux sélections s’affrontent en Coupe du monde. Ceux qui sont assez âgés pour se souvenir de 1994 ne nous contrediront pas. Il y a quatre ans, c’était pas mal non plus. Pour cette fois, les Nigérians, emmenés par Victor Moses et John Obi Mikel (qui se repose en Chine depuis un an en vue de cette compétition) vont mettre le dawa dans la défense Mascherano-Pezzella- Otamendi, 31 km/h de vitesse de pointe (en cumulé), et laisser espérer une élimination des Argentins, malgré le triplé tardif d’Aguero. 4-3 pour les Super Eagles.

Le Bleu qu’on n’attendait pas et qui va cartonner

Benjamiiiiiiiiiiin… PAVARD. Non pas que l’on mise sur un pépin physique de Sidibé, dont le ménisque tiendra assurément le coup. C’est juste que l’on va se rendre compte à partir du 3e match de poule qu’on a besoin d’un mec qui sait défendre dur dans son couloir. Lors du match décisif contre le Danemark, DD fait confiance à Pavard, qu’il est le seul à avoir vu jouer cette saison. Le gamin de Stuttgart va éteindre Eriksen et enquiller en huitièmes. La machine est lancée, le « Thuram blanc » ne sort plus du onze jusqu’à la fin de la compétition et 8 millions de Français s’abonneront à beIN à la rentrée pour ne pas rater un match de Bundesliga.

Benjamin Pavard a été appelé par Didier Deschamps en équipe de France.
Benjamin Pavard a été appelé par Didier Deschamps en équipe de France. - FRANCK FIFE / AFP

La polémique dont on va parler pendant deux semaines

Etonnamment, Luis Dracula Suarez se tient à carreau en Russie. On peut heureusement compter sur Mehdi Benatia pour prendre la relève. Toujours énervé par le scandale arbitral de Real-Juve, le défenseur marocain devient l’homme le plus détesté du Portugal en faisant péter un plomb à Ronaldo lors du deuxième match. Comment ? En lui susurrant à l’oreille que le livre de sa maman est un sacré navet. Coup de tête, manchette, balayette, carton rouge… Sans sa star, le Portugal se fait sortir au premier tour. Comme à chaque Coupe du monde en fait.

L’erreur qui coutera sa carrière au seul arbitre français retenu (Clément Turpin)

8e de finale déséquilibré à Loujniki où l’Espagne est censé aspirer l’âme des Egyptiens sans frémir. C’était sans compter sur le carton rouge dégainé par Clément Turpin à l’encontre de Sergio Ramos. Les images fournies par la Var sont pourtant claires : c’est bien Salah qui a tenté d’énucléer le défenseur madrilène avec les dents après un cafouillage sur corner. Mais Turpin s’en cogne et confirme sa décision. L’Espagne se fait sortir aux penaltys et la Fifa suspend l’officiel tricolore à vie. Pas grave, Turpin file s’installer au Caire où le président Sissi le nomme maréchal Ramsès Turpin XII à vie.

Clément Turpin peut déjà se préparer à sa seconde vie en Egypte.
Clément Turpin peut déjà se préparer à sa seconde vie en Egypte. - CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Le favori qui va sauter au premier tour

Déjà pas bien rayonnante avec Messi, l’Argentine doit entamer son mondial sans son petit génie, touché à la cuisse lors du dernier match amical. Les lacunes collectives sautent alors aux yeux dans le 2-1-3-1-3 un peu bancal concocté par Sampaoli. Tomber dans le groupe de la mort n’aide pas non plus. Trois matchs, trois défaites. Un remake de la France 2002 comme on n’en attendait plus.

Le choix tactique de Deschamps qui va nous faire râler toute la Coupe du monde

DD ne peut plus faire rentrer Moussa Sissoko comme à la belle époque, mais il sait encore s’y prendre pour faire enrager tout un pays. Sa botte secrète en 2018 ? Attendre le plus tard possible pour lancer Nabil Fékir, pourtant très convaincant en préparation. Le Lyonnais doit attendre la 84e minute en moyenne, même en quarts alors que l’Uruguay tient le score. C’est un peu tard pour remettre les Bleus d’aplomb. Adieu les Bleus, RIP DD, bienvenue Zizou.

Le joueur tout pourri en club qui va sortir de nulle part pour nous claquer un Mondial de folie

Krychowiak a fait rigoler tout le monde en annonçant vouloir se battre pour une place de titulaire au PSG après un prêt passé inaperçu en Angleterre. Sauf que le monde va moins rigoler d’un coup en Russie ou Krycho le grognard règne en tsar sur le milieu polonais. Séduit, Tuchel en fera l’homme de base de son onze de départ à Paris. Le problème de la sentinelle est résolu, Lo Celso peut faire ses valises.

La surprise qui va terminer 3e de la Coupe du monde ?

Au pays, on appelle ça « la maldicion del quinto ». Voilà six Coupes du monde que le Mexique est infoutu de passer les 8es de finale, alors que tout le monde s’accorde à en faire la plus belle équipe du premier tour. La « Tri » choisit donc de faire l’inverse en sortant de poule après trois matchs immondes avant d’éliminer la Suisse en prolongations puis la Belgique grâce à un coup de tête de l’éternel Rafa Marquez. Viva Zapata.

Rafa Marquez dans son meilleur rôle.
Rafa Marquez dans son meilleur rôle. - ALFREDO ESTRELLA / AFP

L’équipe qui va éliminer l’Angleterre aux tirs au but ?

La légendaire scoumoune des Trois lions lors des séances de tirs au but est un incontournable des années paires. Ne cherchez donc pas plus loin comment va se terminer la Coupe du monde des Anglais. Par une mine au-dessus du meilleur-attaquant-du-monde-selon-le-Daily-Mail Harry Kane sur le penalty décisif face au Sénégal. A dans deux ans les gars.

Quel commentaire fou d’Omar da Fonseca restera après ce Mondial ?

Plutôt une image qui fera le tour du monde et explosera Despacito sur youtube. « A famous french commentator amputates his own cordes vocales after Argentina élimination in th WC ». Tout est dit dans le titre. Omar ne chantera plus jamais les louanges du petit Lionel.