VIDEO. Real Madrid-Juventus: «C'est un viol, que veux-tu que je te dise?», Benatia et les Turinois archiremontés contre l'arbitre

FOOTBALL Les joueurs de la Juventus n'ont pas digéré le penalty sifflé par M.Oliver à la dernière minute du match à Madrid alors qu'ils tenaient les prolongations (1-3)...

J.L.

— 

Medhi Benatia fait-il faute sur Lucas Vasquez?
Medhi Benatia fait-il faute sur Lucas Vasquez? — CURTO DE LA TORRE / AFP

Fous furieux, et quelque part, on les comprend. Les joueurs de la Juventus, qui avaient déjà fait l’exploit du siècle en remontant trois buts de retard à Santiago Bernabeu contre le double champion d’Europe en titre et qui tenaient la prolongation à trente secondes de la fin du temps réglementaire, n'ont pas digéré le penalty sifflé par M.Oliver à l'encontre de Mehdi benatia, coupable d’une légère poussette (mais poussette quand même) sur Lucas Vasquez au cœur de la surface.

L’ancien défenseur du Clermont Foot avait du mal à contenir sa rage après coup :

« C’est un viol, qu’est ce que tu veux que je dise, c’est un viol. Il ne me voit pas arriver de derrière, j'essaie de le contourner pour pas le toucher et avec mon pied gauche je touche le ballon. Lui, il joue bien le coup, il se laisse tomber et l’arbitre a le cran de donner penalty à la dernière minute. Honnêtement j’en ai vu des matches, j’en ai joué, jamais tu peux siffler un penalty comme ça à 93e minute. Il n’y a pas de poussette, s’il y a un contact c’est avec ma cuisse et ça fait partie du football. Il n’y a jamais l’intention de le gêner, de le pousser. C’est dur, on a l’impression ce soir que vraiment on s’est fait violer, comme l’an dernier ils ont violé le Bayern Munich sur deux ou trois buts hors-jeu si je ne me trompe pas, c’est toujours la même histoire qui se répète ».

Ses coéquipiers ont entonné le même couplet à l’image de Buffon, expulsé dans la foulée pour son porbable dernier match de Ligue des champions : « Cet arbitre n’a pas de cœur. Il a un sac poubelle à la place du cœur. Si tu n’as pas de personnalité et de courage, tu vas en tribunes regarder le match avec ta femme et un Sprite. » Agnellei, le président de la Juve, préférait de son côté regretter l’absence de la VAR, qui aurait pu changer la décision de M.Oliver Cela reste à voir : quel que soit l’angle, l’intervention de Benatia est douteuse et peut se siffler dans tous les cas.