Indian Wells : Diminué, Rafael Nadal chute en finale face à Taylor Fritz

TENNIS Rafael Nadal, qui restait sur 20 victoires consécutives, a cédé en finale du Masters 1000 d’Indian Wells dimanche contre l’Américain Taylor Fritz

N.S. avec AFP
— 
Rafael Nadal lors de la finale d'Indian Wells perdue face à Taylor Fritz, dimanche.
Rafael Nadal lors de la finale d'Indian Wells perdue face à Taylor Fritz, dimanche. — UPI / Newscom / Sipa

Il était favori, mais il a chuté. Rafael Nadal a subi la loi de l’Américain Taylor Fritz dimanche en finale du tournoi d’Indian Wells, en deux manches (6-3, 7-6 [5]). L’Espagnol de 35 ans restait sur 20 victoires consécutives, dont un triomphe à l’Open d’Australie qui lui avait permis de devenir le premier homme à atteindre la barre des 21 victoires en Grand Chelem. Mais il était trop diminué pour espérer égaler le record de 37 titres en Masters 1000 détenu par Novak Djokovic, qui aurait aussi été son quatrième titre à Indian Wells.



« J’avais mal, a assuré Nadal après sa défaite, au cours de laquelle il a fait appel deux fois au kiné. J’ai du mal à respirer. Je ne sais pas si c’est au niveau des côtes… Quand je respire, quand je bouge, c’est comme une aiguille qu’on appuie. Et ce n’est pas seulement la douleur, ça affecte ma respiration. »

Fritz touché lui aussi

Le 3e joueur mondial souffre depuis la fin de sa demi-finale acharnée contre son jeune compatriote Carlos Alcaraz. Avant la finale, c’est Fritz (24 ans) qui semblait pourtant le plus mal en point des deux. Le désormais 13e mondial, qui a gagné sept places avec ce succès, avait dû écourter rapidement son entraînement matinal, la faute à une cheville récalcitrante. La veille après avoir écarté le Russe Andrey Rublev, il avait confié s’être fait un peu mal en fin de match.

Cette douleur n’a pas empêché le natif de San Diego son premier Masters 1000 et son deuxième tournoi sur le circuit ATP, après celui sur gazon, bien moins prestigieux, d’Eastbourne en 2019. Il est le premier Américain à triompher dans le désert californien depuis Andre Agassi en 2001.