Tennis : Après les larmes d’Osaka, c’est Viktoria Azarenka qui craque en plein match à Indian Wells

WTA Azarenka, double lauréate de l’épreuve (2012, 2016), a éclaté en sanglots après une double faute commise à 2-2 dans la seconde manche contre Rybakina

J.L. avec AFP
— 
Victoria Azarenka a craqué lors de son dernier match à Indian Wells.
Victoria Azarenka a craqué lors de son dernier match à Indian Wells. — Mark J. Terrill/AP/SIPA

La Bélarusse Viktoria Azarenka a fondu inexplicablement en larmes en plein match et n’a pas pu reprendre le jeu avant plusieurs minutes, lors de sa défaite 6-3, 6-4 contre la Kazakhe Elena Rybakina, lundi au 3e tour du WTA 1000 d’Indian Wells. Deux jours après les pleurs de la Japonaise Naomi Osaka, blessée par une insulte à son endroit prononcée par une personne dans le public, un autre épisode lacrymal, tout aussi éprouvant et, force est de constater de moins en moins inhabituel, s’est produit sur ce même court central.

« Je suis désolée »

Azarenka, double lauréate de l’épreuve (2012, 2016), a éclaté en sanglots après une double faute commise à 2-2 dans la seconde manche. Main sur les yeux pour vainement empêcher les larmes de couler, s’accroupissant tête basse comme pour masquer sa détresse, elle a subitement inquiété les fans, son adversaire et l’arbitre principale, descendue de sa chaise pour aller à sa rencontre et lui demander si tout allait bien. « Avez-vous besoin d’aide ? », lui a-t-elle demandé, et Azarenka a répondu à trois reprises « je suis désolée », sans en dire plus.

Rybakina a ensuite demandé ensuite à l’arbitre ce qui se passait. « Je vérifiais juste qu’elle allait bien », a répondu celle-ci. « D’accord, mais est-ce normal ? », a alors demandé la Kazakhe. « Non, ce n’est pas normal. C’est la première fois que cela se produit », a dit l’arbitre.

Chaleureusement applaudie par les spectateurs

Le match a finalement repris et l’ancienne N.1 mondiale a pu le finir, s’empressant de quitter le court en saluant les spectateurs qui l’ont chaleureusement applaudie. Impossible de savoir si le problème était donc d’ordre physique – une possibilité car Azarenka, finaliste l’an passé, avait des straps autour de l’épaule droite – ou mental, dans un contexte difficile lié à l'invasion de l'Ukraine par la Russie​, dont le Bélarus est l’allié.

En tant que Bélarusse, à l’instar des Russes, elle a été autorisée par les instances de tennis à participer à Indian Wells sans mention de son pays et de son drapeau. Avant le début du tournoi, elle avait dit sur Twitter être « anéantie » pour les personnes affectées par la guerre et souhaité que le conflit prenne fin rapidement.