Masters 1000 Indian Wells : Nadal veut « des sanctions plus dures » contre les attitudes comme celle de Zverev

TENNIS Rafael Nadal a été amené à revenir sur le cas Sascha Zverev en conférence de presse avant son entrée en matière à Indian Wells

W.P, avec AFP
— 
Nadal et Zverev
Nadal et Zverev — Rodrigo Jimenez/EFE/SIPA

Facheux dilemme pour Rafael Nadal. Mais en bon père-la-morale, l’Espagnol n’hésite jamais trop longtemps quand il s’agit de choisir entre son éthique et ses amis. Rafa a ainsi plaidé pour « des sanctions plus dures » à l’encontre de joueurs qui auraient des coups de sang sur le court, comme Alexander Zverev il y a deux semaines à Acapulco.

« Je suis dans une position difficile. Je suis partagé, parce que j’ai une bonne relation avec Sascha, c’est quelqu’un que j’apprécie. Mais il sait qu’il a eu tort et il l’a reconnu très vite. Ce qui est positif. D’un autre côté, si nous ne sommes pas capables de contrôler ce type de comportement sur le court ni de trouver un moyen de le sanctionner d’une manière plus forte, alors nous, joueurs, pouvons avoir en sentiment d’impunité », a dit l’Espagnol en conférence de presse, à Indian Wells​.

Exemplarité

« Or, comme dans tous les sports, nous devons être des exemples positifs pour les jeunes qui nous regardent. Alors d’un côté, je ne souhaite pas que Sascha soit puni, mais de l’autre, je voudrais voir des sanctions plus dures pour ce genre de comportement, parce que cela protégera le sport, les officiels et toutes les personnes présentes à un match », a-t-il insisté.

Mardi, l’ATP a infligé une suspension de huit semaines de toute compétition et une amende de 25.000 dollars (23.000 euros), avec sursis, avec une période de probation se terminant le 22 février 2023, soit un an après l’incident survenu, à l’encontre de Zverev.

Ce dernier était sorti de ses gonds, à la fin d’un match de double perdu à Acapulco, frappant à trois reprises la chaise de l’arbitre, avant de s’asseoir puis de se relever pour l’insulter et donner un dernier coup de raquette.