Guerre en Ukraine : Marta Kostyuk regrette qu'« aucune joueuse russe ne soit venue » la voir

TENNIS Marta Kostyuk s’est exprimée sur ses rapports quasi nuls avec les joueuses russes depuis le début de l’invasion de l’Ukraine, le 24 février

W.P, avec AFP
— 
Marta Kostyuk
Marta Kostyuk — Ella Ling/Shutterstock/SIPA

Marta Kostyuk est une femme inquiète, et sa victoire au premier tour du Masters 1000 d’Indian Wells est trop anecdotique pour dissiper ses tourments. La guerre en Ukraine occupe son esprit. Elle pense à sa famille en Ukraine, ces nuits où « vous vous couchez le soir et vous ne savez pas si le lendemain… » Elle évoque ces premiers jours difficiles et cette curieuse faculté d’adaptation du genre humain, sûrement un peu parce qu’elle a le cuir épais. « Le système nerveux parvient à s’adapter, il s’habitue à la situation. »

Mais Marta Kostyuk est aussi en colère. Contre Vladimir Poutine, « ce mec » qui a selon elle commis une « grosse erreur » en pensant pouvoir rallier le peuple ukrainien à sa cause et défaire facilement son armée. « Regardez notre armée, c’est incroyable ce qu’elle fait. » En colère, également, contre les joueuses russes du circuit, dont elle attendait un peu plus.

Un texto et un « comment ça va ? »

« C’est très décevant qu’aucune joueuse russe ne soit venue me voir pour me dire qu’elle était désolée de voir ce que son pays inflige au mien. Il y a plus de civils ukrainiens qui sont morts que de militaires, et parmi eux des enfants… c’est terrible », a déploré la joueuse de 19 ans. « Une joueuse m’a envoyé un texto. Une autre est venue discuter avec moi, mais personne ne m’a apporté son soutien ou demandé comment ça allait. C’est choquant », a-t-elle insisté.

« Il ne s’agit pas de politique, mais d’êtres humains. Ça me fait mal, ça me fait mal quand j’arrive ici sur le site, quand je vois ces joueuses, que je les entends dire que leur problème principal, c’est de ne pas pouvoir transférer leur argent ou ce genre de choses, c’est inacceptable », a-t-elle ajouté. « Je ne sais pas pourquoi les Russes agissent ainsi. Ce qui se produit n’a rien de secret, on sait ce qui se passe, qui agresse l’autre, qui bombarde l’autre. C’est facile à comprendre et on ne peut pas rester neutre », a estimé Kostyuk.