Chelsea – Losc : Les raisons de croire encore (un peu) à la qualification lilloise

FOOTBALL Battus 2-0 au match aller à Chelsea, les Lillois n’ont pas encore dit complètement adieu à une qualification en quart de finale de Ligue des champions

François Launay
Hatem Ben Arfa et le Losc ont encore quelques raisons de croire en la qualification pour les quarts de finale de Ligue des champions.
Hatem Ben Arfa et le Losc ont encore quelques raisons de croire en la qualification pour les quarts de finale de Ligue des champions. — Javier Garcia / Sipa
  • Le Losc a logiquement cédé mardi soir face à Chelsea à Stamford Bridge, en 8es de finale de Ligue des champions (2-0).
  • Si les Nordistes se trouvent en ballottage clairement défavorable, ils conservent quelques raisons d’espérer avant le match retour, le 16 mars.
  • Entre changement de règles bienvenu et talents en sommeil, 20 Minutes en a listé quatre.

De notre envoyé spécial à Londres,

On a beau retourner le problème dans tous les sens, on voit mal comment le Losc pourrait bien inverser la tendance dans trois semaines au stade Pierre-Mauroy. Battu mardi 2-0 sur la pelouse de Chelsea en 8es de finale aller de la Ligue des champions, Lille n’a pas démérité mais semblait un cran en dessous des champions d’Europe. Alors imaginer les Dogues créer un exploit le 16 mars à domicile semble relever de la science-fiction. Ça tombe bien, on aime bien ça.

Parce que la fin de la règle des buts à l’extérieur change tout

Jusqu’à cette saison, une défaite 2-0 à l’aller en Coupe d’Europe permettait peu de rêver. Un pion encaissé au retour et il fallait en planter quatre pour se qualifier. Mais avec la fin de la règle des buts à l’extérieur décidée par l’UEFA et appliquée depuis cette saison, fini les buts qui vous plombaient le moral et rendaient les remontées quasi impossibles.

« 2-0 ça ne suffit pas, surtout avec la règle du but à l’extérieur qui n’est plus là », a d’ailleurs reconnu N’Golo Kanté à l’issue du match. Et pour cause. Si Chelsea marque un but à Lille, le Losc devra en marquer trois pour aller en prolongations, chose impossible dans le monde d’avant. Bon après, il faudrait déjà que Lille marque un but aux Anglais mais ceci est un autre débat.

Parce que le Losc peut aussi marquer vite

Pour effacer ce handicap de deux buts de retard, Lille devra forcément marquer rapidement. C’est en tout cas l’espoir de Jocelyn Gourvennec, le coach lillois, interrogé sur les chances de son équipe pour le match retour. « On sait qu’on aura des opportunités chez nous. On peut très bien ouvrir le score sur notre premier corner. Ça débloque une situation. Marquer rapidement, et mener 1-0, après on n’est plus très loin », prie l’entraîneur du Losc.

Promis, pour rester positifs, on ne lui rappellera pas que Chelsea a gardé ses cages inviolées 14 fois sur ses 18 derniers matchs de Ligue des champions.

Parce que les attaquants lillois vont bien finir par remarquer un jour

David, Yilmaz, Weah, Gomes, Bamba, Ben Arfa… Tous ces attaquants lillois ont le même point commun : aucun d’entre eux n’a encore marqué le moindre but en 2022 que ce soit en Ligue 1, coupe de France ou Ligue des champions Quand on veut sortir le champion d’Europe en titre dans un match retour mal embarqué, ça la fout un peu mal. Mais bon, David va bien finir par retrouver la confiance, Yilmaz va peut-être sortir un jour de sa retraite et Ben Arfa sait peut-être encore faire quelque chose de ses pieds.

Parce que Lukaku va finir par foutre le bordel dans le vestiaire de Chelsea

Pas entré en jeu mardi contre Lille, en manque total de confiance avec seulement 7 buts inscrits depuis le début de saison, en froid avec Thomas Tuchel à cause de son attitude, Romelu Lukaku est en train de devenir le plus gros problème de Chelsea. La plus grosse recrue de l’histoire du club (115 millions d’euros), arrivée l’été dernier de l’Inter Milan, a clairement le potentiel pour faire péter le vestiaire anglais et déstabiliser le club avant le retour à Lille. Oui, c’est un peu tiré par les cheveux mais on essaie de garder espoir.