NBA : Nicolas Batum en mode « Batman » pour offrir la victoire aux Clippers face à Indiana

BASKET L'ailier des Clippers a marqué 32 points en seconde période, un record pour le héros de la demi-finale olympique à Tokyo l'an dernier

A.L.G. avec AFP
— 
Face aux Pacers, Nico Batum a livré l'un de ses meilleurs match de NBA en carrière.
Face aux Pacers, Nico Batum a livré l'un de ses meilleurs match de NBA en carrière. — ROCKY WIDNER / NBAE / Getty Images / Getty Images via AFP

Nicolas Batum s’est mis en mode « Batman » pour guider les Clippers au succès (139-133) aux dépens d’Indiana, inscrivant l’intégralité de ses 32 points en seconde période, lundi en NBA, lors du Martin Luther King Day marquant la date anniversaire de la naissance du révérend. Au terme de ce match longtemps à sens unique, avant que les Pacers ne tentent une vaine remontée dans le dernier quart-temps,  Batum, auteur de son meilleur match de la saison, a fini avec le 4e meilleur total de points de sa carrière.

Il avait marqué 35 points avec Portland en 2012 contre Houston et 33 points à deux reprises, toujours avec les Blazers la même année face à Denver, puis avec Charlotte en 2015 aux dépens de… Portland qu’il venait de quitter. Ses 32 pions constituent en revanche son record en une seule période. Il avait commencé sa rencontre par trois tentatives manquées au premier quart-temps, pour finir sur un 11/16 dont 7/10 à trois points.

Batum fait le show en conf'

Egalement auteur de 5 rebonds, 3 passes et 2 contres, c’est lui et Reggie Jackson (26 pts) qui ont assuré la victoire en inscrivant à eux deux 33 des 35 points de l’équipe californienne dans le dernier quart-temps. Placide en conférence de presse d’après-match, Batum n’a pas manqué d’humour pour commenter le fait qu’il est seulement le 4e joueur cette saison à avoir mis 30 points ou plus en une seule période, à l’instar de Stephen Curry (Warriors), Giannis Antetokounmpo (Bucks) et Jaylen Brown (Celtics).

« C’est bien pour eux d’être à mes côtés », a répliqué le héros de la demi-finale des JO de Tokyo, provoquant l’hilarité générale, avant de prévenir les journalistes : « Bon ne vous habituez pas trop non plus à ce que je fasse ça tout le temps ». Et pourquoi pas, Nicolas ? L’appétit vient en scorant, après tout.