Stade Rennais-Reims : « C’était très fort »… Déficient visuel, Nathan a vu le match sans les yeux

FOOTBALL Déficient visuel depuis le traitement de sa leucémie, l’adolescent était au Roazhon Park dimanche

Camille Allain
— 
Agé de 14 ans, Nathan a assisté à son premier match de football depuis qu'il a perdu la vue dimanche au Roazhon Park, pour la rencontre entre le Stade Rennais et le Stade de Reims.
Agé de 14 ans, Nathan a assisté à son premier match de football depuis qu'il a perdu la vue dimanche au Roazhon Park, pour la rencontre entre le Stade Rennais et le Stade de Reims. — C. Allain / 20 Minutes
  • Souffrant d’une leucémie depuis sa petite enfance, Nathan a perdu la vue en raison des lourds traitements qu’il a subis.
  • Déficient visuel, il était présent ce dimanche au Roazhon Park pour supporter le Stade Rennais face au Stade de Reims. Une première depuis qu’il a perdu la vue.
  • Pendant que les supporters rennais pleuraient face au triste spectacle offert par leur équipe, Nathan a suivi le match en écoutant la réaction du public.

La première fois qu’il s’était rendu au Roazhon Park, l’antre du Stade Rennais s’appelait encore stade de la route de Lorient. C’était en 2013 et Nathan n’avait que sept ans. Son souvenir ? « Je ne voyais pas les joueurs, j’étais placé beaucoup trop haut ». Le garçon qu’il était n’imaginait pas que son prochain match au stade se ferait dans un flou total. Dimanche, l’adolescent de 14 ans s’est rendu au Roazhon Park avec sa sœur et sa maman et quelque 25.000 autres spectateurs pour assister au match entre le Stade Rennais et le Stade de Reims. Une casquette Superman sur la tête pour rassembler ses fragiles cheveux et des lunettes noires pour protéger ses yeux qui ne voient presque plus.

Atteint de leucémie alors qu’il n’avait que 11 mois, Nathan a dû subir deux greffes et des chimiothérapies. De lourds traitements essentiels pour continuer à vivre mais qui ont condamné sa vue. En 2015, il a vu ses yeux cesser de fonctionner ou presque. Mais ce jeune garçon plein d’entrain entend bien continuer à vivre le plus « normalement » possible. « Ce n’est pas parce que je suis déficient visuel que je ne peux pas venir voir un match de foot », nous expliquait Nathan, avant la rencontre.

Souffrant de leucémie, Nathan a pu compter sur sa sœur Lali (ici à ses côtés) pour une greffe de moelle osseuse qui lui a sauvé la vie.
Souffrant de leucémie, Nathan a pu compter sur sa sœur Lali (ici à ses côtés) pour une greffe de moelle osseuse qui lui a sauvé la vie. - Sabrina D.

Un brin stressé par l’aventure qui l’attendait, l’adolescent s’inquiétait « du bruit » du stade avant de pénétrer dans les tribunes. Lui qui n’a plus la vue a naturellement développé ses autres sens.

« Si je ne suis pas trop loin du terrain, je vais pouvoir percevoir des choses. Mais je vais tout entendre, tout écouter ».

Le hasard a bien fait les choses. Les places gagnées par sa maman lui ont réservé un siège au troisième rang, à côté de sa petite sœur Lali. Celle qui a fait don de sa moelle osseuse en 2015 pour sauver son frère. Un peu plus haut, Sabrina, la maman, profite de l’instant. « Il est beaucoup plus sensible au niveau de l’ouïe donc je ne savais pas si ça lui plairait. Mais ça lui tenait à cœur de venir. Il est déficient visuel mais il est comme tout le monde, il a le droit de partager de bons moments ».



Pendant quatre-vingt-dix minutes où le Stade Rennais n’aura pas vraiment brillé, Nathan a vibré. Se laissant porter par les clameurs du stade pour comprendre ce qu’il se passait. « L’ambiance était géniale. On a crié, on a frappé dans nos mains, c’était super. Pour savoir si c’était une bonne ou une mauvaise action pour Rennes, j’écoutais le public. J’entendais les ohhh ou les houuu ». Sur le but de Serhou Guirassy, l’adolescent a bondi. Mais il s’est aussi bouché les oreilles parce que « c’était très fort ». Il n’a pas réellement compris pourquoi le but de l’attaquant rennais avait été annulé. Il faut dire que le hors-jeu s’est noué pour quelques centimètres, de l’autre côté du terrain.

« J’ai très envie d’y retourner »

Le Stade Rennais sera finalement battu 2-0 par un Stade de Reims plus fringant. Jamais dans le coup, les hommes de Bruno Genesio ont livré l’une de leurs pires prestations depuis bien longtemps. Mais ça, Nathan s’en moque complètement. « Ils feront mieux la prochaine fois, ce n’est pas si grave », relativise le jeune homme. Son plus mauvais souvenir de cette journée est l’œuvre d’un spectateur assis derrière lui. « Il a passé son temps à râler, il commentait tout le match, il critiquait tout le monde, j’en avais marre », raconte Nathan. A l’heure de retrouver le centre d’éducation et de réadaptation pour aveugles et déficients visuels de Plénée-Jugon où il est scolarisé depuis un an, l’adolescent n’a qu’une idée en tête. « J’ai très envie d’y retourner. J’ai déjà demandé à maman ». Son agenda ne lui permettra pas de le faire avant le mois d’octobre et la réception d’un certain PSG. L’affiche rêvée.