Stade Rennais-FC Nantes : « Quand on n’a pas d’arguments offensifs »… Les Canaris n’avaient pas les armes devant

FOOTBALL Les hommes d’Antoine Kombouaré ont cédé sur un but de Martin Terrier dans le derby de l’Ouest

Camille Allain
— 
Ludovic Blas, le regard dans le vide après la nouvelle défaite concédée face au Stade Rennais dans le derby.
Ludovic Blas, le regard dans le vide après la nouvelle défaite concédée face au Stade Rennais dans le derby. — Loïc Venance / AFP
  • Le FC Nantes s’est incliné 1-0 sur la pelouse du Stade Rennais dimanche dans un derby particulièrement chaud en tribunes.
  • Les hommes d’Antoine Kombouaré ont concédé assez peu d’occasions nettes mais ont souffert pour se créer des occasions.
  • Blessé et sorti à la mi-temps, Moses Simon a rejoint l’infirmerie où se trouve déjà Randal Kolo Muani. Et ça commence à faire beaucoup.

Au Roazhon Park,

ls n’avaient pas les armes devant. Dimanche, le FC Nantes s’est de nouveau incliné lors de son déplacement sur la pelouse du Roazhon Park où le Stade Rennais a triomphé. Comme la saison dernière, c’est sur une frappe de Martin Terrier que les hommes d’Antoine Kombouaré ont cédé, concédant leur première défaite de la saison en Ligue 1 sur le score de 1-0. Bis repetita de la saison passée ? Le coach nantais jure que non. « Ça n’avait rien à voir avec le dernier derby. L’an dernier, il y avait des vagues de partout. Là, ça centre, ça pousse mais Alban, il n’a pas eu grand-chose à faire », estime Antoine Kombouaré, forcément déçu du résultat mais visiblement pas abattu.

L’entraîneur nantais a même salué le courage de son équipe, clairement venue pour jouer le match nul. « Je pense qu’on a fait un gros match. On s’attendait à un match où il fallait défendre en avançant. On est punis. Quand on n’a pas d’arguments offensifs ou moins, on doit être capables de ramener le 0-0 », glissait le Kanak à l’issue du match. Privé de Randal Kolo Muani, blessé, et d’un Moses Simon sorti blessé à la mi-temps, les Canaris n’ont presque jamais réussi à se montrer dangereux dans ce derby. En seconde période, Marcus Coco et Ludovic Blas ont été les seuls à se projeter. Le premier en a parfois trop fait, à l’image de sa ridicule simulation dans la surface rennaise en toute fin de match. Quant à l’ancien Guingampais, il aurait pu (dû ?) ouvrir le score en première mi-temps sur une offrande de Moses Simon, sans l’intervention d’un Alfred Gomis solide sur sa ligne.

« J’ai horreur de me plaindre »

Un quasi-néant sur le plan offensif qui inquiète évidemment les supporters, pas tranquilles à l’idée de voir ses meilleures armes offensives partir avant la fin du mercato. « J’ai horreur de me plaindre. Randal et Moses, on connaît l’importance et la force de ces deux joueurs. Mais c’est comme ça. Quand il y a des absents de marque, il faut compenser avec plus d’énergie », a lancé Kombouaré après cette première défaite de cette saison de Ligue 1.

Plus que la stérilité offensive, c’est davantage l’attitude globale de l’effectif qui a déplu. Pas irréprochable sur la frappe de Martin Terrier, Alban Lafont n’avait pas vraiment d’explication à cette absence totale de révolte dans ce derby chaud bouillant en tribunes. « On a fait une bonne première mi-temps mais c’était trop pauvre au niveau technique. Après le but, on a tout de suite baissé la tête. J’ai senti qu’on ne pouvait pas remonter », résumait le portier après la défaite. Et les absents ? « Randal est un joueur important et ça nous a fait du mal (qu’il soit absent). Mais on a de bons joueurs qui doivent répondre présents. Il ne faut pas s’arrêter aux individualités. Il va nous falloir plus de caractère ». Il en faudra dans cette nouvelle saison où la lutte pour le maintien a peut-être déjà commencé pour les Nantais.