24 Heures du Mans : La Toyota n°7 brise la malédiction et remporte la course, Alpine termine sur le podium

AUTO/MOTO La marque japonaise s'offre sa quatrième victoire dans la classique mancelle

Aymeric Le Gall
— 
Toyota
Toyota — JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

En-fin ! Malchanceuse en 2017, 2019 et 2020, la Toyota n°7 du Britannique Mike Conway, du Japonais Kamui Kobayashi et de l’Argentin José Maria Lopez a fini par remporter les 24 Heures du Mans, dimanche, en dépit d’inquiétudes dans les dernières heures. Avec elle, la marque japonaise s’offre sa quatrième victoire dans la classique mancelle, la quatrième consécutive depuis 2018.

La Toyota n°8 du Suisse Sébastien Buemi, du Japonais Kazuki Nakajima et du Néo-Zélandais Brendon Hartley, et l’unique Alpine en lice, la n°36 des Français Nicolas Lapierre, Matthieu Vaxiviere et du Brésilien André Negrao, complètent le podium.

50.000 spectateurs ont fait le déplacement

Cette 89e édition se tenait fin août plutôt que mi-juin, décalée afin d’accueillir 50.000 spectateurs (20 % du nombre habituel) malgré la pandémie de Covid-19, après un huis clos en 2020. Partie en pole position à 16h13 samedi, sur une piste détrempée, la n°7 a contrôlé la course. Ni la pluie, ni une crevaison lente dans les premières heures, ni un tout droit dans la nuit, ni des problèmes de ravitaillement dans la matinée dimanche ne l’ont finalement mise en péril.