JO Tokyo 2021 : Sous pression, la gymnaste Simone Biles abandonne pour affronter « ses vieux démons »

JEUX OLYMPIQUES L’Américaine Simone Biles s’est retirée du concours par équipes, juste après un saut, manqué

A.H.
— 
Simone Biles lors de son unique saut de la journée.
Simone Biles lors de son unique saut de la journée. — Ashley Landis/AP/SIPA

Ces Jeux olympiques doivent lui permettre de continuer à écrire l’histoire de la gymnastique. De mettre son nom un peu plus haut, si cela est encore possible. Déjà quatre fois championne olympique et multiple championne du monde, Simone Biles devait encore faire une razzia de médailles à Tokyo. Mardi, à l’Ariake Gymnastics Centre, l’Américaine de 24 ans se lançait, avec le Team USA, à la conquête de l’épreuve par équipes.

Et puis, patatras. Pour la première rotation de la journée, au saut de cheval, Simone Biles s’est perdue en l’air. Une figure annoncée pas réalisée et une sortie sur tapis compliquée. Résultat, Biles est sortie avec le masque, déçue, contrariée, déstabilisée.

Un forfait pour des « raisons médicales »

Quelques minutes après avoir quitté brièvement la salle, elle est revenue avec son équipe, a discuté avec ses coéquipières, avant d’enfiler son survêtement, pour continuer la compétition dans le statut de remplaçante aux barres asymétriques et aux deux autres agrès au programme (sol, poutre).

Un tremblement de terre dans le monde de la gymnastique, qui a laissé tout le monde bouche bée. La Fédération américaine de gymnastique a rapidement dégainé un communiqué pour expliquer les raisons de ce « forfait » : « Simone [Biles] s’est retirée de la compétition par équipes pour des raisons médicales. Des examens seront réalisés quotidiennement pour déterminer si elle peut recevoir le feu vert médical pour les compétitions à venir. »

Selon certains médias américains, Simone Biles se serait retirée de la compétition à cause de la pression. La confirmation viendra de la bouche de la gymnaste, quelques heures plus tard. « Dès que je monte sur le tapis, c'est juste moi et ma tête... traiter avec mes vieux démons [...] Je dois faire ce qui est bon pour moi et me concentrer sur ma santé mentale et ne pas compromettre ma santé et mon bien-être », a-t-elle expliqué à la presse. 

« Le poids du monde sur mes épaules »

Lundi, déjà, lors des qualifications pour le concours général, Biles était apparue inhabituellement fébrile et avait fait plusieurs fautes. Elle était tout de même parvenue à se qualifier pour les six finales au programme à Tokyo, le concours général individuel et le concours général par équipes, ainsi que les quatre finales d’appareil.

Quelques heures après ces qualifications, elle avait publié sur Instagram un message inquiétant pour ses supporteurs : « J’ai parfois l’impression de porter le poids du monde sur mes épaules, avait-elle écrit. Je sais que je donne l’impression que la pression ne m’affecte pas, mais putain, parfois c’est dur ! Les Jeux olympiques ne sont pas une blague. »

Avant de s’envoler pour Tokyo, la gymnaste avait déjà témoigné de cette pression dans les gymnases qui la rongeait, quand le New York Times lui a demandé d’évoquer son souvenir le plus heureux dans sa carrière : « Honnêtement, probablement mon temps libre. »