Formule 1 : « Dans dix ans ? Je me vois avec dix titres »... Verstappen toujours aussi ambitieux

GRAND PRIX DE FRANCE Dans un entretien accordé à « 20 Minutes », Max Verstappen dit son envie de conserver sa première place au championnat, une première depuis son arrivée en F1, ce week-end à l'issue du Grand Prix de France au Castellet

Adrien Max

— 

Max Verstappen au Grand Prix d'Azerbaïdjan.
Max Verstappen au Grand Prix d'Azerbaïdjan. — Maxim Shemetov/AP/SIPA
  • Max Verstappen, en tête pour la première du championnat depuis son arrivée en F1, va tenter de garder cette place ce week-end lors du Grand Prix de France au Castellet.
  • Après avoir battu tous les records de précocité, le Hollandais assure à 20 Minutes ne pas être frustré de courir après son premier titre de champion du Monde depuis cinq saisons.
  • Mais le pilote RedBull se montre ambitieux et espère gagner « dix titres en dix ans ».

Enfin la bonne année pour Max Verstappen ? Le pilote de Formule 1 Max Verstappen va tenter de conserver sa première place au classement des pilotes ce week-end lors du  Grand Prix de France au Castellet (Var). Depuis son arrivée en Formule 1 en 2015, c’est la première fois que ce jeune pilote de 23 ans est en tête du championnat.

« C’est un processus naturel de s’améliorer, tu apprends tous les ans différentes choses. Tu gagnes en expérience d’années en années pour mieux performer. Je sais que j’ai encore une marge de progression, il faudra voir sur toute la saison », livre-t-il à 20 Minutes, dans le cadre d’une interview réalisée avec son sponsor CarNext. Son abandon lors du dernier Grand Prix d’Azerbaïdjan sur une crevaison a d’ailleurs sonné comme un rappel pour le pilote hollandais, même s’il n’a pas eu de conséquences au championnat.

« Je suis plus complet, je choisis mes moments »

Depuis son arrivée en F1, Max Verstappen bat tous les records de précocité : plus jeune pilote en F1 à 17 ans et 5 mois, plus jeune pilote à marquer des points, plus jeune pilote à remporter un grand prix, puis dix GP, entre autres. Mais il court toujours après son premier titre de champion. « Non ce n’est pas une source de frustration, confie-t-il. Il y a tous les autres pilotes qui ont aussi cet objectif de devenir champion du monde. Bien sur il y a Lewis [Hamilton], mais aussi quelques autres. Tu dois aussi comprendre la situation, pour l’instant on n’a pas eu le package pour gagner le titre de champion, tu ne peux pas forcer les choses. On va essayer de le faire cette année, on a de meilleures chances. Mais je l’ai déjà dit, la saison est longue et beaucoup de choses peuvent arriver. »

Max Verstappen, très frustré après sa crevaison, synonyme d'abandon en Azerbaïdjan.
Max Verstappen, très frustré après sa crevaison, synonyme d'abandon en Azerbaïdjan. - Darko Vojinovic/AP/SIPA

Max Verstappen, connu pour ses coups de sang en piste lors de ses premières saisons, s’est assagi. Et a gagné en maturité. Des qualités indispensables pour espérer devenir champion du monde. « C’est un peu un processus normal pour un pilote d’évoluer d’année en année, l’expérience aide pour être plus performant. Je suis plus complet, je choisis mes moments. Quand il faut y aller, quand il faut marquer des points. J’espère continuer comme ça. Je suis plus confiant d’être meilleur que l’an dernier », avance-t-il.

Et peu importe si ce fameux titre de champion est remporté face à Hamilton, son meilleur ennemi avec sept titres de champion du Monde, dont les quatre derniers. « Gagner un titre, c’est ce sur quoi tu travailles durant toute ta vie. C’est cool de battre n’importe qui, Lewis bien sûr, mais il y a beaucoup de grands pilotes. J’ai parfois l’impression que les gens oublient que le niveau est si haut, les temps au tour lors des qualifications sont très proches. Il y a beaucoup de talent. Je suis sûr que quand Lewis partira, beaucoup de pilotes vont faire un pas en avant », prédit-il.

Tournant générationnel

Car la Formule 1 est à un tournant générationnel. Lewis Hamilton, Sébastien Vettel, Sergio Perez, coéquipier de Max Verstappen chez Redbull, sont plus sur la fin, tandis que la nouvelle génération pousse fort, incarnée par George Russel, Lando Norris, le Monégasque Charles Leclerc ou le Français Pierre Gasly. Une nouvelle génération dont Max Verstappen est le fer de lance. « C’est génial d’être considéré comme tel. C’est bien de voir qu’il y a des jeunes talents qui arrivent, mais c’est normal. C’est à notre génération de se faire une place, c’est toujours le même processus », avance-t-il.

Mais qu’on soit clair, Max Verstappen ne compte que laisse des miettes à ses jeunes concurrents. « Dans dix ans ? Je me vois avec dix titres. Oui, dix titres c’est bien », en rigole-t-il. La concurrence est prévenue.