JO de Tokyo : 10.000 bénévoles ont démissionné par crainte de contracter le Covid-19 selon les organisateurs

CORONAVIRUS Au Japon, la pandémie continue de menacer la bonne tenue des Jeux

X. R.
— 
Les JO de Tokyo toujours plus menacés...
Les JO de Tokyo toujours plus menacés... — Masatoshi Okauchi/Shutterstock/SIPA

C’est une mauvaise nouvelle de plus à 50 jours de l’ouverture des « Jeux de la pandémie », comme on les appelle au Japon. Environ 10.000 bénévoles, sur les 80.000 initialement engagés pour les Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo, ont démissionné au cours des derniers mois. Le directeur général de Tokyo-2020, Toshiro Muto, a confié ce chiffre mercredi soir à des médias locaux.

« Je pense qu’il n’y a aucun doute qu’une des raisons est l’inquiétude devant les infections au coronavirus », a-t-il ajouté. Le maintien des Jeux, prévus du 23 juillet au 8 août prochains, fait débat au Japon en raison de la pandémie mondiale. Des sondages sur l’ensemble du pays et à Tokyo évaluent que 50 à 80 % de la population serait opposée à la tenue des JO, principalement par crainte que des étrangers viennent apporter le virus et ses variants sur le territoire japonais.

Le Japon a pourtant été relativement épargné par le coronavirus. Environ 13.000 décès ont été recensés depuis début 2020 sur un archipel qui compte 126 millions d’habitants. Mais la campagne de vaccination démarre faiblement : seulement 2,9 % de sa population vieillissante (le pays détient le record du nombre de centenaires par rapport à sa population totale) a reçu deux doses de vaccin.

De plus, une quatrième vague d’infections a conduit les autorités à placer Tokyo et neuf autres départements en état d’urgence sanitaire. Les organisateurs continuent cependant de marteler que les Jeux se dérouleront « de manière sécurisée » pour les participants et le public japonais. Au mois de mars, ils avaient déjà annoncé qu’il n’y aurait pas de spectateurs étrangers, et une décision sur le public local est attendue pour la fin du mois, après la fin de l’état d’urgence prévu le 20 juin.

« Les Jeux ne seront pas annulés »

Seiko Hashimoto, présidente de Tokyo-2020, s’est voulue rassurante dans une interview accordée au quotidien Nikkan Sport. « Si divers pays du monde connaissent des situations très graves, et que les délégations de la plupart des pays ne peuvent pas venir, alors nous ne pourrions pas les organiser. A moins qu’une telle situation n’apparaisse, les Jeux ne seront pas annulés. »

La baisse du nombre de bénévoles, employés comme guides, traducteurs ou assistants, n’affectera « pas sérieusement » leur bon déroulement, précise Toshiro Muto. Par ailleurs, la pandémie n’est pas seule responsable du désengagement des volontaires : certains ont abandonné pour des problèmes de calendrier, en raison du report des Jeux, d’autres pour protester contre les propos sexistes de l’ancien président de Tokyo-2020, Yoshiro Mori.