JO 2020 : Le président du comité d’organisation cumule les poncifs sexistes en pleine réunion

FATIGUE L'ancien Premier ministre japonais Yoshiro Mori a été flashé à 320 km/h sur l’autoroute du grand n'importe quoi

A.L.G. avec AFP
— 
Yoshiro Mori est en tournée avec son nouveau spectacle
Yoshiro Mori est en tournée avec son nouveau spectacle — Takashi Aoyama / POOL / AFP

Invité à s’exprimer lors d’une réunion (ouverte à la presse) avec des responsables du Comité olympique japonais, le président du Comité d’organisation des JO de Tokyo-2020, Yoshiro Mori, s’est fait flasher à 320 km/h sur l’autoroute du sexisme.

« Les conseils d’administration avec beaucoup de femmes prennent beaucoup de temps », s’est d’abord plaint Yoshiro Mori, 83 ans, avant de développer son propos sans que personne ne l’y invite. « Si vous augmentez le nombre de membres exécutifs féminins, et que leur temps de parole n’est pas limité dans une certaine mesure, elles ont du mal à finir, ce qui est embêtant, a-t-il poursuivi, droit dans ses mocassins. Les femmes ont l’esprit de compétition. Si l’une lève la main [pour prendre la parole], les autres croient qu’elles doivent s’exprimer aussi. C’est pour ça que tout le monde finit par parler. »

Des rires (absolument pas gênés) dans l’assistance

« Nous avons sept femmes au sein du comité d’organisation [des JO de Tokyo], mais elles savent rester à leur place », a encore lâché Yoshiro Mori, ancien Premier ministre du Japon (2000-2001) connu alors pour ses gaffes à répétition. Selon le média japonais Asahi Shimbun qui a relayé ces propos, ses remarques sur les femmes ont fait rire certains membres de l’assistance.

Sollicité par l’AFP, le service de presse de Tokyo-2020 n’était pas immédiatement disponible pour une réaction aux propos rapportés de Yoshiro Mori. Le Japon est à la traîne en matière d'égalité des sexes​, se situant à une pénible 121e place sur 153 pays dans le dernier rapport sur les inégalités hommes-femmes du Forum économique mondial, et à la 131e place pour la proportion de femmes à des postes à responsabilité dans les entreprises, la politique et l’administration.