« Benzema va apporter ce qu'aucun autre ne pouvait donner », lâche Omar Da Fonseca

INTERVIEW Omar Da Fonseca, fantasque commentateur argentin de la Liga, se réjouit évidemment du meilleur joueur du Real Madrid en sélection

Propos recueillis par Nicolas Stival

— 

Karim Benzema va effectuer son grand retour chez les Bleus.
Karim Benzema va effectuer son grand retour chez les Bleus. — Alvaro Barrientos/AP/SIPA
  • Après plus de cinq ans d’absence, Karim Benzema est retour en équipe de France.
  • Omar Da Fonseca, commentateur argentin de la Liga et amoureux du footballeur français, ne pouvait pas rester silencieux après avoir appris la nouvelle du retour de « KB9 » en sélection nationale.
  • « Quelqu’un qui aime le foot ne peut pas dire que Benzema ne doit pas être en équipe de France », lance à 20 Minutes celui qui aura la chance de commenter les exploits du Français à l’Euro.

Il était ces dernières années la voix réconfortante des amoureux de Karim Benzema, ceux qui se réfugiaient sur beIN Sports le samedi soir devant le match du Real Madrid pour rêver un peu devant les arabesques de « KB nueve », faute de pouvoir en profiter sous le maillot bleu. Omar Da Fonseca ne pouvait évidemment pas rester silencieux en apprenant la nouvelle de son retour en sélection nationale, lui qui aura la chance de commenter les exploits du Français à l'Euro et en Liga les trois prochaines saisons. Interview plaisir des sens.

Quelle est votre réaction à la sélection de Karim Benzema pour l’Euro ?

Aujourd’hui, cet acte dépasse le cadre du football et du sport. Il y a une autre dimension, qui est humaine. Cela montre un esprit de pardon d’un côté, d’acceptation de l’autre, et d’entente entre les deux. Sur l’aspect sportif, personne ne peut mettre en doute sa présence. Quelqu’un qui aime le foot ne peut pas dire que Benzema ne doit pas être en équipe de France. Encore une fois, cela veut dire que les êtres humains font des pas en avant. Il y a du soulagement. C’est normal que ça arrive et enfin, c’est arrivé.

Benzema réalise-t-il sa meilleure saison en Liga ?

Oui. Comme je l’ai déjà dit, quand il y avait Ronaldo, Benzema était le premier violoncelle. Depuis son départ, il est obligé d’être le directeur de l’orchestre, le scénariste, le réalisateur… A l’époque, Ronaldo avait Di Maria et d’autres joueurs autour de lui. Aujourd’hui, Benzema se retrouve avec une « sécheresse » de coéquipiers pour provoquer et marquer des buts. Ni Vinicius, ni Asensio, ni Rodrygo n’ont pu l’aider.

En Espagne, un journal avait qualifié de « crime » le fait de ne pas retenir Benzema, après sa prestation et son but en demi-finale aller de Ligue des champions contre Chelsea (1-1)…

Je n’emploierai pas le terme de « crime » pour parler de foot ou de sport. Mais bien sûr qu’avec sa maturité, son expérience des grands événements, ses 12 ans passés au Real Madrid, il remplit tous les critères pour être international. Il est évident qu’on attendait que cette querelle, ou plutôt cette non-entente, cette situation non comprise soit résolue. Encore une fois, Didier Deschamps et Karim Benzema ont montré que le foot devait être une union, une fusion et donner des choses positives. Avec cet acte, le foot et le sport sortent grandis.

Vous avez évoqué le sujet avec Benzema ?

J’ai eu la chance de parler avec Karim mardi dernier. On avait fait une petite interview. Il s’est montré très réservé sur le sujet et sur ce point-là, c’est normal… J’ai des petits-enfants et je lui ai dit qu’ils ne connaissaient pas Platini ou Zidane en tant que joueur, mais qu’ils connaissent Benzema. Je pense qu’aujourd’hui, c’est le joueur français connu et reconnu au niveau mondial.

Ce retour est logique sur le plan sportif, mais ne craignez-vous pas un problème d’équilibre dans cette équipe de France qui tourne bien jusqu’à présent ?

Je n’y crois pas une seconde. Soit vous attaquez, soit vous défendez, il n’y a pas de notion d’équilibre. Karim va apporter ce qu’aucun autre joueur ne pouvait donner​. On imagine Mbappé, Benzema, Griezmann, Coman et Dembélé ensemble. Je ne sais pas si, dans l’histoire du foot, il y a déjà eu cinq ou six joueurs d’une telle force, d’une telle expérience, qui jouent dans les meilleurs clubs du monde. Oui, il va falloir s’adapter, mais c’est très motivant.