Le Rennes Volley au bord de la faillite, les supporters lancent une pétition

VOLLEY Le club breton fait face à de grosses difficultés financières

C.A.

— 

Illustration d'un match de volley professionnel.
Illustration d'un match de volley professionnel. — Mysty / SIPA

Une saison pleine de contrastes. Après avoir dominé la Ligue A une partie de la saison et s’être qualifié pour les demi-finales de la Coupe d’Europe, le Rennes Volley est aujourd’hui au bord de la faillite. Plombé par une mauvaise gestion financière et la crise sanitaire liée à l’épidémie de coronavirus. D'après Ouest-France, les dirigeants du club seraient sur le point de donner leur démission. Pour tenter de sauver leur club, des supporters ont lancé une pétition, qui a pour l’heure trouvé un écho modeste sur la Toile.

Dans ce court message adressé aux collectivités locales, les supporters du club pro demandent le maintien de la convention entre le Rennes Etudiants Club, association qui détient les droits d’affiliation à la Fédération française de volley, et le Rennes Volley, entité qui gère le groupe professionnel. Depuis des années, un conflit oppose les deux parties et pollue l’ambiance.

Dix clubs s’étaient ligués contre Rennes

Mais c’est surtout la gestion financière du club qui pose aujourd’hui problème. Cette année, le Rennes Volley avait écopé de cinq points de pénalité, dont deux avec sursis, notamment pour « rupture d’équité ». Ce qui avait eu pour conséquence de faire glisser le club rennais à la troisième place alors qu’il était leader. La Direction nationale d’aide et de contrôle de gestion (DNACG) avait déjà sévi en 2019. Cette saison, dix clubs de Ligue A (Narbonne, Tours, Chaumont, Nantes-Rezé, Tourcoing, Ajaccio, Poitiers, Cannes, Sète, Montpellier) avaient fait part de leur indignation et demandé purement et simplement l’exclusion des play-offs du club breton.

Alors que l’arrêt du championnat a été acté, on ignore pour l’heure si Rennes fera toujours partie du paysage du volley français la saison prochaine. L’appel à l’aide des supporters auprès des collectivités locales a-t-il une chance d’être entendu ? C'est peu probable.