TFC-Nice : Merci Benitez ! Sans son gardien, l’OGCN « aurait vraiment eu l’air con »

FOOTBALL Le gardien niçois Walter Benitez a repoussé le penalty de l’égalisation du TFC. L’OGCN a finalement gagné à Toulouse, mais Patrick Vieira n’a pas du tout aimé la prestation de ses joueurs

Nicolas Stival, au Stadium de Toulouse

— 

Walter Benitez, le gardien de Nice, lors du match de Ligue 1 à Toulouse, le 15 février 2020.
Walter Benitez, le gardien de Nice, lors du match de Ligue 1 à Toulouse, le 15 février 2020. — Rémy Gabalda / AFP
  • Pour la première fois depuis le 1er septembre dernier, l’OGC Nice a gagné à l’extérieur, samedi soir à Toulouse (0-2).
  • Patrick Vieira n’a pourtant pas du tout apprécié la prestation de ses joueurs chez le dernier de Ligue 1, surtout en deuxième mi-temps.
  • A onze contre neuf, les Aiglons ont failli laisser des plumes au Stadium. Mais le gardien Walter Benitez a arrêté le penalty tiré par Aaron Leya Iseka.

Nice attendait ça depuis le 1er septembre, et un succès à Rennes (1-2). Samedi soir chez la lanterne rouge toulousaine (0-2), l'OGCN a renoué avec la victoire en Ligue 1 loin de la Côte d’Azur. On aurait pu donc s’attendre à un Patrick Vieira rayonnant en salle de presse, et à des joueurs guillerets en zone mixte. Rien de tout cela pourtant. Même si, forcément le technicien était « content » de ces trois points dont le désormais huitième de L1 « avait besoin », après sa défaite à la maison contre Nîmes (1-3).

« Cette deuxième période m’agace énormément, a lâché le champion du monde 1998. On n’arrêtait pas de perdre le ballon dans notre moitié de terrain, nous n’étions pas bons dans le replacement défensif… Les joueurs sont tombés dans la facilité. » « On a quasiment mieux joué à onze contre onze qu’à onze contre dix, relayait le remuant ailier droit Adam Ounas. La seconde période a été médiocre. »

Ce n’est rien de le dire. Contre une lanterne rouge rapidement réduite à dix (expulsion de Gabrielsen, 27e), les Niçois ont souffert. Et à onze contre neuf (nouveau carton rouge pour Moreira, 78e), ils ont carrément failli dilapider le but d’avance acquis dès la 12e minute grâce à Pierre Lees-Melou. « Heureusement que Walter [Benitez] arrête ce penalty sinon on aurait vraiment eu l’air con », lançait Vieira, au langage d'ordinaire plus châtié.

« J’aurais pu changer huit joueurs »

Le gardien argentin s’est bien détendu sur sa gauche (90e+1) pour repousser la tentative d’Aaron Leya Iseka, l’avant-centre du TFC, qui a tout raté ce samedi soir. Trois minutes plus tard, au bout des arrêts de jeu, Christophe Hérelle pliait le suspense, après un excellent relais en talonnade de l'avant-centre danois Kasper Dolberg, l’un des rares avec Lees-Melou à sortir du lot.

« J’aurais pu changer huit joueurs », a répliqué Vieira au moment de commenter la sortie dès l’heure de jeu du milieu offensif gauche Alexis Claude-Maurice, au profit d’Ignatius Ganago. Les Aiglons devraient se faire voler dans les plumes par leur entraîneur cette semaine, avant la venue de Brest, vendredi.