Earvin N'Gapeth et les Bleus jouent leur place aux JO contre l'Allemagne à Berlin vendredi soir.
Earvin N'Gapeth et les Bleus jouent leur place aux JO contre l'Allemagne à Berlin vendredi soir. — PIOTR NOWAK / AFP

VOLLEY

TQO : Carton d'audience, affiche historique et qualif' aux JO... Pourquoi rater ce France-Allemagne serait la pire erreur de votre vie

Aymeric Le Gall

L'équipe de France joue sa qualification aux JO de Tokyo vendredi soir contre l'Allemagne en finale du TQO de Berlin

Vous vous souvenez de la pub « Ovomaltine » ? Hé bien comme ce Suisse à l'accent à couper à la hache qui avait huit secondes pour nous convaincre que sa barre chocolatée c’était « de la dynamique », nous avons quelques minutes pour vous convaincre que cette finale du Tournoi de qualif au JO 2020 entre la France et l'Allemagne, c'est de la bombe bébé. A l'heure où vous lisez ces lignes vous vous dites sûrement que vous avez mieux à faire un vendredi soir sur la terre. Attendez au moins d'avoir lu notre plaidoyer et on en reparle

Parce que le TQO cartonne en France

Pour ne pas perdre trop de points sur votre crédit social et vous retrouver à poil lundi à la machine à café alors que les exploits des Bleus seront sur toutes les lèvres, il est encore temps de prendre le train en marche. Vous ne voudriez tout de même pas laisser Fred de la compta tirer toute la couverture sur lui et se vanter de ne pas avoir perdu une miette des aces de Jean Patry ou des scuds de Earvin N’Gapeth.

Parce qu’il y a une chose à savoir : le parcours des Bleus dans ce TQO de Berlin, notamment la demi-finale complètement dingue de jeudi, passionne les foules. Avec une audience moyenne à 420.000 spectateurs jeudi pour le match contre la Slovénie – et un pic à 823.000 – la chaîne L'Equipe a réalisé un carton d’audience. Contre l'Allemage en finale, il y a fort à parier que le record sera battu. Parce que vous serez devant votre télé, n'est-ce pas ?

Parce que vous avez déjà raté la dinguerie de jeudi

Loin de nous l’idée de vous dégoûter, mais on a croisé Jacques Segela et il nous a dit « si t'as pas regardé France-Slovénie jeudi t'as raté ta vie ». Ouch… Bon, il y va un peu fort le Jacko mais il n’a pas tout à fait tort non plus (ce coup-ci). Ceux qui étaient devant leur télé le savent : on a vécu un match complètement dingo avec une remontada incroyable d'une équipe de France menée 2 sets 0 et qui, jusque-là, ne mettait pas un bras devant l'autre.

Et puis tout a soudainement basculé dans le troisième set quand Jean Patry, la nouvelle gachette des Bleus au service (en remplacement de Stephen Boyer, forfait), a décidé de pilloner les Slovènes sans la moindre pitié. Des matchs aussi dingues, on en joue peu dans une carrière », disait Nicolas Le Goff après la victoire. Mais imaginez que ce France-Allemagne parte au moins autant en cacahuètes, vous aurez l'air malin d'avoir manqué deux matchs historiques coup sur coup.

Parce que l’Allemagne attend sa revanche

Tout le monde ne le sait pas, mais les Allemands ont un petit contentieux à régler avec nous. Il y a trois ans,l'équipe de France avait privé la Nationalmannschaft du Mondial 2018 après une correction propre et nette (3-0) lors du TQO de Lyon. Autant vous dire qu’ils rêvent d’une belle revanche, d’autant que cette fois-ci ils jouent à domicile et que l’ambiance promet d’être électrique pour les tricolores. « On mise beaucoup sur l'ambiance pour nous aider à gagner. On veut aller aux Jeux au moins autant que les Français », expliquait Moritz Reichert, le réceptionneur-attaquant allemand, dans les colonnes de L’Equipe.

Parce qu’un France-Allemagne reste un France-Allemagne

Les fans de sport et les vrais savent : quand on parle de France-Allemagne, peu importe qu'il s’agisse de foot, de hand, de volley ou de bilboquet, cette confrontation contre nos voisins nous chatouille forcément toujours un peu les intestins. Cette rivalité historique entre nos deux nations ne perdra jamais de sa superbe et le volley-ball a beau ne pas faire partie du top 5 de nos hobbies favoris, c’est notre honneur à tous qui est en jeu vendredi soir.

Parce qu’il n’est jamais trop tard pour devenir un pro du volley

Puisque les Bleus ont mathématiquement une chance sur deux de se retrouver aux JO cet été, et que nous sommes environ 89 % de Français à ne pas connaître grand-chose au volley-ball, il est grand temps de s'y mettre. Pourquoi alors ne pas profiter de cette ultime occasion qui s'offre à nous pour peaufiner nos automatismes et affûter nos connaissances. On ne va quand même pas arriver à Tokyo sans savoir ce que représente le « pointu » dans une équipe, ce que ça veut dire que faire une « bidouille » ou réaliser une  « attaque pipe ». Vous n’avez pas pigé un traître mot, n'est-ce pas ? C’est bien ce qu’on disait, c’est le moment ou jamais de vous y mettre. 

Alors, convaincu ?